Ecoutez Radio Sputnik
    Cour pénale internationale (CPI)

    Après les critiques américaines, la France soutient la CPI

    © AFP 2018 ROBIN UTRECHT / ANP
    International
    URL courte
    22332

    Après que John Bolton a qualifié hier la Cour pénale internationale (CPI) de «dangereuse» et de menace pour les États-Unis et affirmé que Washington était prêt à lui imposer des sanctions, la diplomatie française a annoncé soutenir l'institution qui doit poursuivre son travail indépendant et impartial.

    Paris a assuré de son soutien la Cour pénale internationale (CPI) qui a essuyé lundi les critiques du conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton.

    «La Cour doit être en mesure d'agir et d'exercer sans entrave ses prérogatives, de manière indépendante et impartiale, dans le cadre juridique défini par le Statut de Rome», a affirmé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, auquel l'agence Reuters a eu accès.

    «La France, avec ses partenaires européens, soutient la Cour pénale internationale, tant par sa contribution budgétaire que par son niveau de coopération avec elle», a indiqué la diplomatie française.

    Tandis que la CPI envisageait d'ouvrir une enquête sur les crimes de guerre en Afghanistan, le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, a promis que Washington résisterait à toutes les tentatives de cette organisation pour traduire en justice des soldats américains et des agents de renseignement pour des crimes commis à cette époque-là. M.Bolton a durement critiqué la CPI, la considérant comme «inefficace, irresponsable et dangereuse». Selon lui, Washington était prêt à imposer des sanctions à son encontre et à utiliser «tous les moyens nécessaires pour protéger» les Américains.

    La CPI a de son côté déclaré mardi qu'elle poursuivrait son travail sans se laisser décourager.

    Lire aussi:

    Cour «irresponsable» et «dangereuse»: John Bolton critique la Cour pénale internationale
    Les USA bientôt soumis à une enquête sur les crimes qu’ils auraient commis en Afghanistan?
    Le Président philippin Rodrigo Duterte confesse son plus grand péché
    Tags:
    riposte, critiques, travail, indépendance, soutien, Cour pénale internationale (CPI), États-Unis, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik