International
URL courte
295101
S'abonner

En violation du traité Ciel ouvert et sans en expliquer les motifs, le chef de la délégation américaine a refusé de donner son aval aux vols d’observations du nouvel avion russe Tu-214ON. Parmi les 23 pays signataires du traité, seuls les responsables américains lui ont refusé l’accès au ciel.

Les États-Unis ont suspendu les vols d'observation que devait effectuer le Tu-214ON dans le cadre du traité Ciel ouvert, a annoncé Sergueï Ryjkov, chef du Centre national pour la réduction de la menace nucléaire.

Entre les 2 et 11 septembre, plus de 70 experts de 23 pays signataires du traité ont inspecté le nouveau Tu-214ON avant de conclure que l'appareil était conforme aux exigences fixées par le document.

«À l'issue des tests, les chefs des délégations de 22 pays ont scellé le protocole final autorisant les vols d'observation de cet appareil au-dessus des territoires des États signataires. Cependant, le chef de la délégation américaine, en violation du traité Ciel ouvert, sans expliquer ni citer quelque raison que ce soit, a refusé de signer le document final, évoquant les ordres directs de Washington», a fait savoir M. Ryjkov.

Selon lui, en bloquant l'accès aux futurs vols d'observation du Tu-214ON, Washington a une fois de plus montré aux autres pays signataires que, pour lui, la politique l'emportait sur la conformité de l'appareil aux normes du traité.

«Les autorités américaines ni son establishment ne peuvent pas accepter que la Russie, en créant un avion d'observation moderne Tu-214ON et en le dotant d'équipement numérique de fabrication russe, a dépassé les États-Unis de plus de 5 à 7 ans», a-t-il résumé.

Lire aussi:

Miss France 2020 sauvée par les pompiers lors d’un incendie dans son immeuble à Paris
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Tags:
vol de reconnaissance, Traité Ciel ouvert, Tu-214, Sergueï Ryjkov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook