International
URL courte
Crash de l'avion russe Il-20 en Syrie (55)
10417214
S'abonner

L'Armée de défense d'Israël a exprimé ses regrets suite à la destruction de l'Il-20 russe en Syrie et reporté la responsabilité de l'incident sur Damas.

Les autorités syriennes, ainsi que l'Iran et le Hezbollah, portent la responsabilité pour la destruction de l'Iliouchine Il-20 de l'armée russe en Syrie, a annoncé l'Armée de défense d'Israël sur sa page Twitter.

«Israël considère le régime d'Assad, dont l'armée a abattu l'avion russe, comme entièrement responsable de cet incident», indique l'armée.

Dans le même temps, Tsahal a reconnu avoir mené dans la nuit de lundi à mardi des frappes aériennes contre un site appartenant à l'armée syrienne. Selon Tel-Aviv, ce site abritait des «équipements servant à la production d'armes léthales qui devaient être transmis au Hezbollah libanais de la part de l'Iran»:

​La partie israélienne exprime ses regrets et se déclare prête à fournir à Moscou toutes les informations nécessaires pour enquêter sur l'incident.

Un Iliouchine Il-20 transportant 15 militaires à son bord a été abattu accidentellement par une batterie antiaérienne de l'armée syrienne dans le secteur de Lattaquié tandis que l'aviation israélienne effectuait une mission dans la même région. Pour Moscou, l'armée israélienne a délibérément créé une situation dangereuse, ce qui a entraîné la destruction de l'appareil russe.

Dossier:
Crash de l'avion russe Il-20 en Syrie (55)

Lire aussi:

Deux morts et plus de 160 blessés dans l'effondrement d’une tribune dans une synagogue près de Jérusalem - vidéos
Israël fait face au rythme le plus élevé de roquettes jamais tirées vers son territoire, selon l'armée
Plusieurs blessés dans une attaque à la voiture bélier à Jérusalem-Est
Un selfie fait chavirer un bateau, au moins 7 morts 
Tags:
destruction, défense antiaérienne, frappe aérienne, crash d'avion, Iliouchine Il-20, Armée de Défense d'Israël, Hezbollah, Bachar el-Assad, Iran, Israël, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook