Ecoutez Radio Sputnik
    Idlib

    Pas d’opération militaire à Idlib: l’accord russo-turc passé au crible par les médias

    © AFP 2018 STRINGER
    International
    URL courte
    Accord russo-turc sur une zone démilitarisée à Idlib (19)
    7174

    La décision de Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan de renoncer à l’idée d’une opération militaire à Idlib et de créer en revanche une zone démilitarisée est devenu un sujet discuté dans les médias au lendemain des négociations entre les dirigeants.

    Les Présidents russe et turc se sont entendus, lundi à Sotchi, de créer d'ici le 15 octobre une zone démilitarisée le long de la ligne de démarcation entre l'opposition armée et les forces gouvernementales syriennes dans le gouvernorat d'Idlib.

    Au lendemain des négociations, les médias ont commencé à évaluer la décision adoptée lors de la réunion entre les deux Présidents:

    Un accord malgré les discordes

    Le journal néerlandais Telegraaf note que les dirigeants des deux pays ont pu parvenir à l'accord après «des désaccords majeurs» sur l'avenir d'Idlib. Alors que la position russe soulignait la nécessité d'éliminer le terrorisme dans le gouvernorat, M.Erdogan a déclaré à plusieurs reprises qu'il craignait qu'une opération ne provoque une «catastrophe humanitaire».

    Le Monde écrit que lundi, la Russie et la Turquie ont pu parvenir à un accord malgré les divergences  sur la situation à Idlib lors du sommet de Téhéran. Ainsi, selon le journal, alors que la Russie semblait «pressée d'en finir avec la rébellion», «la Turquie, soutien des groupes rebelles dits modérés, est en revanche fermement opposée à une offensive».

    Pour le journal allemand Zeit, les désaccords entourant Idlib ont nui aux relations entre la Russie et la Turquie, qui, dans d'autres domaines, entretiennent de bonnes relations. La Russie soutient les plans de l'armée syrienne visant à libérer le dernier vaste territoire dominé par les islamistes et l'opposition syrienne. La Turquie est un pays garant de l'accomplissement des obligations de l'opposition syrienne et veut empêcher une nouvelle escalade de violence près de sa frontière.

    Une catastrophe humanitaire évitée

    Grâce au plan conjoint russo-turc de créer une zone démilitarisée à Idlib, il sera possible de «prévenir le risque immédiat d'une catastrophe humanitaire dans la dernière grande enclave de rebelles syriens», a estimé le journal britannique The Guardian.

    The Wall Street Journal évalue positivement la création d'une zone démilitarisée à Idlib et affirme qu'elle peut aider à prévenir une guerre et probablement une catastrophe humanitaire.

    Le journal The New York Times note que la décision des dirigeants turc et russe «a apparemment retardé les prédictions d'une invasion sanglante d'Idlib par les troupes du Président syrien Bachar el-Assad et ses alliés, la Russie et l'Iran.»

    La Russie a fait des concessions à la Turquie

    The Financial Times écrit que la Russie a «fait des concessions» au Président turc, car l'accord prévoyait de renoncer à toute frappe contre les terroristes dans la province, tandis que Moscou et Damas en ont parlé.

    «Pour la Russie, l'accord de lundi est une opportunité pour attirer la Turquie, qui possède la deuxième plus grande armée parmi les pays membres de l'Otan, dans son camp à un moment où les relations entre Ankara et Washington ont atteint leur point historiquement le plus bas», écrit The Wall Street Journal.

    Pour The Guardian, cet accord sera considéré comme un symbole de l'influence d'Erdogan sur Poutine et constitue un grand pas en avant par rapport au sommet tripartite à Téhéran sur la Syrie.

    Les objectifs de la Turquie

    «L'enjeu est double pour la Turquie: Ankara veut d'une part éviter un nouvel afflux de réfugiés syriens provoqué par une offensive d'envergure, alors que le pays a déjà accueilli plus de trois millions de Syriens depuis le début du conflit», écrit Le Parisien. En revanche, comme l'indique le journal, la Turquie s'inquiète du sort des centaines de soldats turcs déployés dans les douze postes d'observation établis à Idlib pour veiller au respect de la «désescalade» mise en place dans le cadre du processus d'Astana.

    Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, l'objectif du Président turc est d'empêcher l'apparition d'une région kurde autonome à la frontière avec la Turquie. M.Erdogan craint que les Kurdes en Syrie puissent soutenir la minorité kurde en Turquie.

    Réunis ce lundi à Sotchi, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan se sont mis d'accord pour créer une zone démilitarisée sous contrôle russo-turc dans la région d'Idlib, dernier bastion rebelle et djihadiste de Syrie. D'après le chef du Kremlin, l'accord prévoit «le retrait de tous les combattants radicaux» de la zone.

    Pour sa part, son homologue turc s'est déclaré persuadé que le document empêcherait une crise humanitaire à Idlib. Le gouvernement de Damas s'est également félicité de l'accord devant selon lui permettre d'«éviter l'effusion de sang des Syriens».    

    Dossier:
    Accord russo-turc sur une zone démilitarisée à Idlib (19)

    Lire aussi:

    Damas réagit à l’accord russo-turc sur Idlib
    Accord d'Idlib: Florence Parly s'entretient avec Sergueï Choïgou
    Assad explique «l’hystérie occidentale» autour d’Idlib
    Tags:
    accord, médias, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Idlib, Turquie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik