Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme parlant au téléphone

    Piratage de Belgacom: le parquet belge pointe du doigt les services secrets britanniques

    CC BY 2.0 / Flickr/Tim Parkinson
    International
    URL courte
    8217

    Après une enquête de 5 ans, le parquet belge révèle qui était derrière le piratage de l’opérateur de télécommunications Belgacom. Comme le rapporte le journal Echo, les conclusions du parquet fédéral pointent le service de renseignement électronique du Royaume-Uni.

    Arrivant au terme de son enquête sur cette opération de piratage inédite dévoilée fin 2013, le parquet fédéral belge est arrivé à la conclusion que l'espionnage des messages de l'opérateur de télécommunications Belgacom en 2013 avait été effectué par le Government Communications Headquarters (GCHQ), le service de renseignement électronique britannique, a rapporté jeudi le journal Echo.

    Le parquet général a pu reconstituer une grande partie des faits et a transmis un rapport confidentiel indiquant ses principales conclusions au ministre de la Justice Koen Geens. Selon l'Echo, dans ce rapport figurent des indices jamais dévoilés précédemment.

    Comme l'indique le journal, Koen Geens se borne pour l'instant à affirmer qu'il présentera le rapport du parquet fédéral au Conseil national de sécurité, l'instance supérieure de sécurité belge, présidée par le Premier ministre Charles Michel (MR) et regroupant les principaux services de sécurité du pays et leurs responsables.

    L'Echo indique également que certains experts sont persuadés que le feu vert au piratage a été donné à un très haut niveau.

    Auparavant, le magazine allemand Spiegel avait déjà annoncé, en se référant à des documents publiés par l'ex-employé des services de renseignement américains Edward Snowden, que les services secrets britanniques avaient pu espionner les messages des utilisateurs de Belgacom. Selon l'un des documents révélé par Edward Snowden, le GCHQ avait donné au piratage le nom de code «Operation Socialist». Un autre document indique que la surveillance était effectuée depuis 2010.

    Lire aussi:

    Snowden révèle sa vérité sur l’espionnage au profit de la Russie
    Poutine: «Snowden n’est pas un traître»
    «Snowden avait raison»: l’Allemagne espionnait bien pour le compte de Washington
    Tags:
    piratage, GCHQ (Government communications headquarters), Edward Snowden, Koen Geens, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik