International
URL courte
191145
S'abonner

Le Président américain Donald Trump a formulé sa reconnaissance à la Russie, à l’Iran et à la Syrie pour avoir «ralenti» leur attaque à Idlib.

Donald Trump a exprimé sa reconnaissance à Moscou, Téhéran et Damas qui ont «ralenti» leur attaque dans le gouvernorat d'Idlib.

«Je voudrais remercie l'Iran, la Russie et la Syrie qui, suite à mes demandes insistantes, ont ralenti l'attaque contre le gouvernorat d'Idlib et ses 3 millions d'habitants pour parvenir à 35.000 terroristes», a-t-il déclaré ce mercredi à la réunion du Conseil de sécurité de l'Onu sur la non-prolifération.

Ajoutant que le monde suivait de près les récents développements en Syrie.

Donald Trump a affirmé que Washington était prêt à tout faire pour normaliser la situation à Idlib et empêcher la mort de civils.

Toutefois, les États-Unis continueront d'introduire de sévères sanctions contre toutes les activités «malintentionnées» de l'Iran, a indiqué Donald Trump.

Début septembre, Téhéran avait accueilli le sommet tripartite de la Russie, de la Turquie et de l'Iran, dont les dirigeants s'étaient entretenus au sujet de la situation à Idlib, où se sont concentrés de très nombreux terroristes.

L'actuel locataire de la Maison-Blanche a commencé son long discours à l'Assemblée générale par une déclaration affirmant qu'en moins de deux ans, son administration avait «accompli plus que presque n'importe quelle administration de l'histoire» des États-Unis. Il a ensuite appelé à isoler le régime «corrompu» de Téhéran ainsi qu'à combatte le socialisme.

Idlib est le dernier gouvernorat syrien à ne pas être sous contrôle des autorités de Damas.

Lire aussi:

Pandémie, en continu: le PIB devrait s'effondrer de près de 10% au 2e trimestre en Allemagne
La visite d’Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis provoque des attroupements en plein confinement – vidéo
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Tags:
attaque, normalisation, terrorisme, 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Donald Trump, Idlib, Téhéran, Washington, Damas, Moscou, Iran, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook