International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
8281
S'abonner

Le site d’Interpol ne contient pas les noms des personnes mentionnées par les britanniques de Bellingcat et le parquet britannique comme principaux «suspects» dans l’affaire de l’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille au Royaume-Uni.

Le nom d’Anatoli Tchépiga (Anatoly Chepiga, en anglais) que des médias britanniques considèrent comme étant le «vrai nom» de Rouslan Bochirov, accusé par le parquet britannique de tentative d’empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal, ne figure pas sur le site d’Interpol.

Le site ne montre aucun résultat si l’on lance une recherche du mot Chepiga dans la section contenant les noms de personnes faisant l’objet d’un mandat de recherche international. Il en est de même pour les noms de Rouslan Bochirov (Ruslan Boshirov en anglais) ou d’Alexandre Petrov (ou Alexander Petrov).

Le 5 septembre dernier, le parquet britannique avait formulé aux Russes Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov quatre chefs d'accusation, notamment pour tentative de meurtre de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, ainsi que du policier britannique Nick Bailey. La Première ministre britannique, Theresa May, affirme que les deux suspects sont des hommes du Service du renseignement militaire russe (GRU), sans pour autant présenter de preuves pour appuyer ces allégations.

Le site du projet britannique Bellingcat, qui a déjà fait paraître d'autres articles manquant de preuves irréfutables, a affirmé que selon «la base de données du Service fédéral des migrations (FMS)», MM. Petrov et Bochirov étaient «des agents du GRU». Mercredi, le site a publié un autre article affirmant que Rouslan Bochirov serait «en réalité» un colonel du GRU répondant au nom d'Anatoli Tchépiga. 

D’après Igor Zoubov, vice-ministre russe de l'Intérieur, il est impossible d'établir, en se basant sur les données du Service des migrations russe, si une personne concrète travaille pour le renseignement russe, et que le FMS ne comptait pas «de sections relevant du GRU». La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a également critiqué ce mercredi les allégations infondées de Bellingcat.

Dans une interview à Sputnik et RT, Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov avaient déclaré qu'ils travaillaient dans l'industrie du fitness et qu'ils s’étaient rendus le 4 mars à Salisbury en tant que touristes pour visiter le site d’Old Sarum et la cathédrale. Ils ont insisté sur le fait qu'ils n'étaient pas au courant de l'affaire Skripal. 

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a pour sa part indiqué que «l'affaire Skripal» volait en éclats en raison de l'absence totale de preuve impliquant Moscou. Le ministère a présenté au Foreign Office près de 60 notes diplomatiques pour exiger d'accorder à la Russie l'accès à l'enquête et aux citoyens russes impliqués afin d’organiser une enquête commune. Toutefois, les autorités britanniques n'y ont pas répondu.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Deux personnes blessées dans une attaque au couteau dans un magasin en Suisse
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Tags:
mandat de recherche international, Bellingcat, Interpol, Anatoli Tchépiga, Sergueï Skripal, Alexandre Petrov, Rouslan Bochirov, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook