International
URL courte
6190
S'abonner

Les efforts de la Corée du Nord en vue de la dénucléarisation doivent aller de pair avec l'assouplissement des sanctions contre le pays, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, soulignant que les négociations étaient toujours une rue à double sens et qu'il serait «possible de réfléchir ne serait-ce qu'à de petites démarches».

Les démarches de Pyongyang dans le sens du désarmement doivent aller de pair avec l'assouplissement des sanctions, a indiqué le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

«Je voudrais entendre des explications quant aux raisons pour lesquelles certains collègues au sein du Conseil de sécurité s'entêtent à rejeter la possibilité même d'un signal positif de la part du Conseil au sujet des démarches faites par Pyongyang dans la voie de la dénucléarisation de la péninsule coréenne», a-t-il noté lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à la Corée du Nord.

Il a rappelé dans ce contexte que les négociations étaient toujours «une rue à double sens».

«Les démarches de la Corée du Nord sur le chemin d'un désarmement progressif doivent aller de pair avec l'assouplissement des sanctions. Une action doit être suivie d'une réaction», a-t-il souligné.

Cela s'avère indispensable pour éviter une situation comme celle qui s'est créée, par exemple, autour du Plan d'action global conjoint (JCPOA) quand, «sous des prétextes inventés», les États-Unis s'en sont retirés unilatéralement en violant leurs engagements dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu, a-t-il rappelé.

«Dans les conditions de la disposition manifestée par Pyongyang à la coopération et des progrès enregistrés dans la stabilisation de la situation dans la région, la politique du "serrage de la vis des sanctions" à l'égard de la Corée du Nord imposée par nos partenaires occidentaux semble de moins en moins opportune», a également fait remarquer Sergueï Lavrov.

Selon lui, il serait logique de soutenir les efforts de Pyongyang et de proposer quelque chose en échange afin de préserver l'actuelle impulsion positive.

Le chef de la diplomatie russe estime indispensable «d'évaluer régulièrement l'opportunité de réviser telle ou telle restriction vis-à-vis de la Corée du Nord, au fur et à mesure de l'avancement du pays vers le renoncement à l'arme nucléaire».

Il serait «possible de réfléchir ne serait-ce qu'à de petites démarches», a-t-il proposé, rappelant que les résolutions du Conseil de sécurité permettaient «de revenir sur les restrictions en cas de progrès dans la voie politique».

Lors du premier sommet américano-nord-coréen, le 12 juin à Singapour, Donald Trump et Kim Jong-un ont signé un document par lequel Washington s'engage à donner des garanties de sécurité à la Corée du Nord tandis que Pyongyang réaffirme son attachement à une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne».

Lire aussi:

Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
«Une chaîne d’opinion», «très à droite, très clivante»: le patron de BFM TV affirme que CNews ne fait pas d’info
Assa Traoré inaugure une nouvelle fresque avec son propre portrait - vidéos
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
sanctions, dénucléarisation, Plan global d'action conjoint (JCPOA), Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Kim Jong-un, Donald Trump, Sergueï Lavrov, Russie, Washington, Singapour, États-Unis, Pyongyang, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook