Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie, Hama

    Le rapatriement d'enfants de djihadistes français en Syrie se fera au cas par cas

    © AP Photo / Pavel Golovkin
    International
    URL courte
    785

    Paris examinera au cas par cas le rapatriement de 120 enfants de djihadistes français détenus sur place, tandis que leurs parents devront être jugés sur place, indique la chaîne de télévision France 3.

    120 enfants de djihadistes français sont actuellement détenus en Syrie, a annoncé ce jeudi France 3, ajoutant que le quai d'Orsay envisageait de les rapatrier au cas par cas, mais souhaitait que leurs parents soient jugés sur place.

    «Les adultes se sont rendus en zone de guerre et devront répondre sur place des faits qui leur sont reprochés, des crimes qu'ils sont susceptibles d'avoir commis, a indiqué Agnès von der Mühll, directrice de la communication du ministère des Affaires étrangères. Les enfants n'ont rien demandé. Il faut donc examiner leur cas avec, dans l'esprit, l'intérêt supérieur de l'enfant.»

    Le sort de ces enfants sera décidé au cas par cas, a ajouté France 3, expliquant que la mère devrait accepter d'être séparée de son enfant. Quant aux adolescents qui auraient participé à des combats, ils ne seront pas rapatriés, a noté France 3, ajoutant qu'ils seraient toutefois en minorité.

    Pourtant, Me Martin Pradel, avocat spécialisé dans la défense de djihadistes français, estime que dire «qu'on va faire en fonction du cas par cas, c'est simplement dire que, par principe, ils ne rentreront pas. C'est une vraie évolution et c'est très préoccupant».

    Les enfants constituant la principale cible de la stratégie de recrutement des djihadistes, près de 2.000 enfants de 9 à 15 ans ont été recrutés et formés par eux en Irak et en Syrie, selon l'ONG américaine Centre Soufan. 77 d'entre eux seraient à présent retournés en France.

    Les enfants constituent la principale cible de la stratégie de recrutement de Daech*, avait précédemment déclaré la sociologue Hasna Hussein dans les pages du Monde. Les garçons et les filles sont largement utilisés dans la propagande médiatique du groupe terroriste, avait-elle alors constaté.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Enfants russes à Bagdad: «On nous bombardait, nous n'avions rien à manger»
    Obésité enfantine: la faute aux grands-mères?
    Orphelins russes en Irak: Moscou en étroit contact avec Bagdad
    Tags:
    adolescents, enfants, djihadisme, Daech, ministère français des Affaires étrangères, Le Monde, France 3, Syrie, France, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik