International
URL courte
2373
S'abonner

Le locataire de la Maison-Blanche a reconnu avoir les sentiments les plus chaleureux envers le dirigeant Nord-Coréen. Néanmoins, Pyongyang ne semble pas se permettre de perdre la tête.

Le Président américain s'est déclaré être tombé amoureux de Kim Jong-un lors de leur rencontre à Singapour en juin dernier.

«Vous voulez savoir un truc intéressant: au départ, j'étais vraiment très dur et lui aussi. Les discussions allaient dans un sens puis dans l'autre. Et ensuite nous sommes tombés amoureux. Non mais vraiment! Il m'a écrit de très belles lettres. Vraiment, des lettres géniales», a confié Donald Trump samedi lors d'un meeting en Virginie-Occidentale.

Il a précisé que les relations entre son prédécesseur et le dirigeant nord-coréen étaient bien pires.

«Le Président Obama m'a dit, lorsque je me préparais à entrer en fonction, que le plus grand problème de notre pays était la Corée du Nord. Et il était très proche d'une guerre», a ajouté l'actuel locataire de la Maison-Blanche.

Le 24 septembre Donald Trump a fait savoir que sa seconde rencontre avec Kim Jong-un serait annoncée prochainement.

Dans le même temps, le chef de la diplomatie nord-coréen, Ri Yong-ho, a déclaré samedi lors de la 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu que Pyongyang, qui avait déjà pris les mesures nécessaires pour renforcer la confiance en ce qui concerne sa dénucléarisation, ne voyait pas de «mesures réciproques de la part des États-Unis». Selon lui, la Corée du Nord n'entend pas se désarmer unilatéralement.

Lire aussi:

Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Un élève-gendarme interrompt une attaque au couteau et interpelle l’agresseur
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Tags:
dénucléarisation, amour, sommet, Donald Trump, Kim Jong-un, Corée du Nord, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook