Ecoutez Radio Sputnik
    L'AIEA n’instaurera pas le contrôle nucléaire sur Israël

    Israël et Trump saperaient le «renforcement du régime de non-prolifération nucléaire»

    © Photo: REUTERS/Heinz-Peter Bader
    International
    URL courte
    11518

    À l’initiative de l’Onu, le 26 septembre a été célébrée la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires. L’Iran rappelle toutefois que certains pays, et avant tout Israël, n’ont même pas signé le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Un spécialiste russe du nucléaire commente la situation pour Sputnik.

    Alors qu'Israël ne confirme ni n'infirme les dires selon lesquels il possède des armes nucléaires, Téhéran appelle les Nations unies à contraindre l'État hébreu à signer le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et à soumettre tout le programme nucléaire israélien à une étude approfondie par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

    «Que cela nous plaise ou pas, Israël n'a pas adhéré au TNP. Aussi, n'est-il pas juridiquement obligé de ne pas créer d'armes nucléaires. […] J'estime toutefois qu'à long terme, la politique de l'administration Trump et celle d'Israël visant notamment à compromettre l'accord nucléaire avec l'Iran sapent les efforts internationaux de renforcement du régime de non-prolifération nucléaire», a déclaré à Sputnik Anton Khlopkov, directeur du Centre d'énergie et de sécurité.

    Et de rappeler qu'avant la Révolution islamique, l'Iran et Israël avaient étroitement coopéré dans le domaine de la sécurité, y compris dans les sphères nucléaire et balistique.

    «Comme Israël ne fait pas partie du TNP, il n'est pas tenu à soumettre tout son programme nucléaire au contrôle de l'AIEA. Le désir de l'Iran est facile à comprendre, mais l'agence n'a pas d'instruments de pression sur Israël», a constaté M.Khlopkov.

    Et de résumer que les chances de Téhéran d'attirer l'attention de l'AIEA sur le programme nucléaire militaire d'Israël et de contraindre l'État hébreu à revoir sa position sur le TNP étaient quasi nulles.

    Donald Trump a annoncé le 8 mai dernier que les États-Unis se retiraient de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait alors accepté de brider son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales. Washington accuse l'Iran de ne pas respecter ses engagements fixés dans ce document.

    Adopté le 7 juillet 2017 par 122 États à l'Onu, le Traité d'interdiction sur les armes nucléaires (TIAN) est une feuille de route vers l'interdiction et l'élimination totale de ces armes. L'Assemblée générale des Nations unies a proclamé le 26 septembre Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires.

    Lire aussi:

    Apocalypse selon l'accord: comment fait-on la guerre avec une arme nucléaire
    Retrait US de l’accord avec l’Iran: faut-il se préparer au pire?
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Tags:
    New START (Traité de réduction des armes nucléaires), pressions, contrôle, politique, renforcement, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), Sputnik, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Anton Khlopkov, Donald Trump, États-Unis, Israël, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik