Ecoutez Radio Sputnik
    Heurts entre indépendantistes et policiers à Barcelone (1er octobre 2018)

    1er anniversaire du référendum en Catalogne: des heurts font des dizaines de blessés

    © REUTERS / Jon Nazca
    International
    URL courte
    705

    Les affrontements entre les indépendantistes catalans et la police ont fait plus de 40 blessés légers, d’après les médecins. Parmi les blessés, il y a de nombreux membres de la police régionale.

    43 personnes ont été légèrement blessées à Barcelone et à Gérone lors des heurts qui ont éclaté en Catalogne pendant les manifestations marquant le premier anniversaire du référendum d’autodétermination, jugé illégal par Madrid, annoncent les services médicaux.

    ​Rien que la police régionale catalane, les Mossos d'Esquadra, compte plus de 30 blessés, a appris Sputnik auprès des forces de l’ordre.

    ​Selon les médecins, tous les blessés ont reçu des soins sur place, personne n’a été hospitalisé. La plupart d’eux ont été blessés pendant des affrontements devant le siège du parlement catalan.

    ​De nombreux indépendantistes catalans sont descendus dans les rues de Barcelone le 1er octobre à l'occasion du premier anniversaire du référendum d'autodétermination jugé illégal par le Tribunal constitutionnel d'Espagne.

    ​Lundi soir, des radicaux ont brisé les cordons de police près du parlement régional.

    ​Ils ont assiégé la représentation de la Police nationale jetant des bouteilles contre les agents de police, ont érigé des barricades, renversé et mis à feu des poubelles.

    ​La police a fait usage de la force, en utilisant notamment des matraques en caoutchouc et des armes airsoft.

    ​À Gérone, les manifestants ont essayé de renverser les barrières installées devant la représentation du gouvernement catalan et de percer le cordon de sécurité.

    ​«Nous avons lancé des enquêtes à Barcelone et à Gérone. Pour l’instant, personne n’a été interpellé, mais des interpellations sont possibles», a annoncé le porte-parole des Mossos d’Esquadra, Albert Oliva, lors d’une conférence de presse.

    ​Selon le directeur général des Mossos d’Esquadra, Andreu Joan Martinez, les forces de l’ordre constatent depuis la semaine dernière que les groupes radicaux se montrent plus agressifs à l’égard des policiers catalans.

    ​Samedi, 24 personnes ont été blessées lors d’affrontements opposant la police aux participants à une action d’extrême-gauche en faveur de l’indépendance.

    Lundi, les radicaux des Comités de défense de la République (CDR), un mouvement créé à l’automne 2017, après le référendum catalan, ont bloqué des routes en Catalogne, des rues à Barcelone et à Lérida, à 165 km à l'ouest de la capitale catalane. Ils ont en outre empêché pendant quelques heures la circulation des trains à grande vitesse entre l’Espagne et la France.

    Le président indépendantiste catalan Quim Torra, désigné comme successeur par Carles Puigdemont, a soutenu lundi les CDR, les appelant à «poursuivre leurs pressions». Mais MM.Torra et Puigdemont ont condamné lundi soir les actions des radicaux, insistant sur le caractère pacifique du mouvement pour l’indépendance catalane.

    ​Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a appelé mardi M.Torra à «cesser d’encourager» les indépendantistes radicaux.

    Un référendum d'autodétermination s’est déroulé en Catalogne le 1er octobre 2017 avec un taux de participation de 42%. 90% des votants se sont prononcés en faveur de l'indépendance. Le gouvernement et le Tribunal constitutionnel d'Espagne ont jugé le référendum d’illégal.

    Le parlement catalan a proclamé l’indépendance de la région le 27 octobre 2017. Un jour plus tard, le gouvernement espagnol a mis la région sous tutelle, dissolvant le parlement et démettant le gouvernement régional, dont certains membres ont fui en Belgique. Ceux qui étaient restés ont ensuite été arrêtés. Plusieurs organisateurs du référendum ont été accusés de séparatisme, dont l'ancien président de la généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, qui a quitté l'Espagne.

    Lire aussi:

    La déclaration d’indépendance de la Catalogne est signée, son application différée
    Un vote enlisé dans les violences: «le visage de la démocratie espagnole d’aujourd’hui»
    «Trahison»: en plein référendum, des manifs pour l'unité du pays éclatent en Espagne
    Tags:
    médecine, blessés, émeutes, Mossos d'Esquadra, Gérone, Barcelone, Catalogne, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik