Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone

    Un agent toxique retrouvé dans des colis envoyés au Pentagone

    CC0
    International
    URL courte
    15165

    Des traces de l’agent ricine, hautement toxique et parfois utilisé dans les attentats, ont été détectées dans au moins deux colis destinés au Pentagone, annoncent les médias.

    Le FBI et les forces de protection du Pentagone sont en train d'examiner des colis suspects envoyés au département militaire et testés positivement à la ricine, a déclaré mardi le porte-parole du Pentagone Chris Sherwood. Le personnel chargé de contrôler le courrier destiné au Pentagone a découvert des traces de cet agent toxique dans au moins deux colis.

    Les lettres étaient adressées au secrétaire à la Défense des Etats-Unis, James Mattis, et au chef des opérations navales, l'amiral John Richardson, a précisé la chaîne CNN, se référant à un haut responsable renseigné.

    «Mardi 2 octobre, en coordination avec l'Agence de protection du Pentagone, les agents du FBI ont pris possession de deux enveloppes suspectes qui avaient été examinées dans le centre du courrier du Pentagone. Les enveloppes sont en train d'être examinées», a déclaré le FBI dans un communiqué.

    Les colis ont été apportés lundi au centre de tri du courrier et non dans le bâtiment du Pentagone lui-même. Le centre de tri est une installation située dans l'enceinte du Pentagone donc les colis contenant de la ricine n'ont pas pénétré dans le bâtiment lui-même.

    La ricine est un agent hautement toxique produit à base de graines de ricin et utilisée dans des attentats.

    Lire aussi:

    Colis avec de la ricine envoyés au Pentagone: ce que l'on sait du principal suspect
    L’ex-officier de l’US Navy a aussi envoyé des colis avec de la ricine au Président russe
    La police allemande annonce avoir déjoué un attentat à l’arme biologique
    Tags:
    ricine, enveloppe, agent toxique, lettre, Pentagone, James Mattis, John Richardson, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik