International
URL courte
6759
S'abonner

Les accusations formulées par les Pays-Bas prouvent qu’ils n’ont rien à opposer aux faits concernant le pays auquel appartenait le missile qui a abattu le vol MH17, a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères.

Les accusations des Pays-Bas contre Moscou prouvent que le pays ne peut rien opposer aux faits concernant le pays auquel appartenait le missile ayant abattu le vol MH17, a déclaré ce jeudi le ministère russe des Affaires étrangères.

Il a fait remarquer que la Russie avait attiré à plusieurs reprises l'attention des Pays-Bas sur la campagne d'espionite dans le pays qui nuisait aux relations bilatérales.

«Nous avons plus d'une fois informé la partie néerlandaise, notamment par canaux diplomatiques, que la campagne anti-russe d'espionite déclenchée dans le pays et marquée par des “fuites” dans les médias sur de présumées cyberattaques portait préjudice à nos rapports bilatéraux», a souligné le département de l'information et de la presse du ministère en commentant les accusations que des responsables du ministère néerlandais de la Défense ont portées contre Moscou.

Les accusations des Pays-Bas visent à créer un contexte propice à l'adoption à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) de décisions qui arrangent l'Occident, selon le ministère russe.

«Les Pays-Bas ont attendu presque six mois avant de publier des informations sur l'expulsion de quatre Russes. Cela ne peut sembler étrange qu'aux personnes ignorantes de la situation», a souligné le ministère russe.

Le ministère a rappelé que la session de l'OIAC s'ouvrirait le 9 octobre et qu'elle serait consacrée aux problèmes du financement du mécanisme attributif dans le cadre de son Secrétariat technique.

«La création d'un tel mécanisme de désignation des “coupables” d'utilisation d'armes chimiques en dépit des normes du droit international et en violation des prérogatives du Conseil de sécurité de l'Onu, c'est ce à quoi œuvrent avec persévérance plusieurs pays occidentaux. Il est évident que l'intoxication informationnelle actuelle ne constitue qu'une nouvelle étape de la formation du contexte politique “nécessaire” à l'adoption de cette initiative contraire au droit», a noté le ministère russe.

Ces accusations sont portées peu après que le ministère néerlandais de la Défense a annoncé que les services secrets des Pays-Bas avaient déjoué une cyberattaque contre l'OIAC, prétendument planifiée par quatre ressortissants russes. Selon la ministre Ank Bijleveld, ces suspects russes avaient été expulsés du pays le 13 avril et détenaient des passeports diplomatiques.

Les pays de l'Otan ont promis de réagir à cet épisode en durcissant les mesures de sécurité, a déclaré le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg.

Crise d'espionite aux Pays-Bas
© Sputnik
Crise d'espionite aux Pays-Bas

Lire aussi:

La Russie franchit une nouvelle étape dans la course au premier film dans l’espace
Cette boulette de Gabriel Attal sur la hausse de la rémunération des enseignants
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
Russie, Moscou, Pays-Bas, Jens Stoltenberg, Ank Bijleveld, OTAN, ministère russe des Affaires étrangères, OIAC, armes chimiques, cyberattaque, services secrets, accusations, mesures de sécurité, passeport diplomatique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook