Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux de la Chine et des USA

    Pékin n’a «aucun intérêt» à s’ingérer dans les affaires des autres… contrairement aux USA

    © REUTERS / Hyungwon Kang
    International
    URL courte
    3210

    Les déclarations du vice-Président américain Mike Pence à propos de l’ingérence de la Chine dans les élections américaines de 2018 regorgent de mensonges infondés, a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, tout soulignant que Pékin protestait vigoureusement contre ces attaques.

    Après que le vice-Président américain Mike Pence a déclaré que l'ingérence prétendue russe dans les affaires américaines était faible en comparaison de celle de Pékin, ce dernier n'a pas pu laisser passer une telle déclaration sans réagir.

    «Ce discours regorge de critiques totalement sans fondement sur la politique étrangère et intérieure de la Chine. Les déclarations sur l'implication de la Chine dans les élections américaines sont calomnieuses, elles sont complètement fabriquées et trompeuses. La Chine proteste vigoureusement contre cela», a déclaré la porte-parole de la diplomatie chinoise, dont le communiqué a été publié sur le site Web du ministère chinois des Affaires étrangères.

    «La Chine a toujours respecté le principe de non-ingérence dans la politique intérieure des autres pays. Nous n'avons absolument aucun intérêt à nous ingérer dans les élections américaines», a-t-elle déclaré.

    Selon la diplomate, «la communauté internationale a clairement vu qui, à chaque occasion, s'ingère sans vergogne dans les affaires intérieures d'autres pays et nuit aux intérêts d'autres États.»

    La diplomate a souligné que la politique chinoise à l'égard des États-Unis était claire et constante. «Nous sommes déterminés à travailler ensemble pour parvenir à une coopération gagnant-gagnant fondée sur le respect mutuel», a-t-elle assuré, appelant Washington à cesser de lancer des accusations sans fondement contre la Chine.

    Alors que la confrontation en mer de Chine méridionale et les tensions commerciales continuent de croître, le vice-Président Mike Pence a estimé, dans un discours prononcé le 4 octobre à l'Hudson Institute, que l'«ingérence» russe dans les affaires américaines était insignifiante par rapport aux immixtions chinoises.

    Lire aussi:

    Il y aurait un plus grand méchant pour les USA que la Russie
    Le FBI qualifie la Chine de menace «la plus vaste, la plus compliquée et la plus durable»
    «La réponse chinoise aux accusations US dépendra du résultat des élections de mi-mandat»
    Tags:
    ingérence, Mike Pence, Hua Chunying, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik