International
URL courte
4242
S'abonner

L'ex-secrétaire d'Etat démocrate John Kerry a exprimé vendredi des craintes à propos du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, déclarant que des dirigeants régionaux l'avaient par le passé pressé d’engager une action militaire contre l'Iran.

John Kerry avait été un des acteurs des négociations de l'accord signé à Vienne le 14 juillet 2015 entre l'Iran et les grandes puissances (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) par lequel Téhéran s'engage à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique en échange de la levée des sanctions internationales. En sortant de cet accord le 8 mai 2018, le Président Donald Trump «a rendu plus probable un conflit dans la région parce que certaines personnes rêveraient de voir les États-Unis bombarder l'Iran», a estimé l'ancien secrétaire d'Etat de Barack Obama devant le cercle de réflexion Council on Foreign Relations.

M. Kerry a déclaré que le défunt roi d'Arabie saoudite Abdallah et l'ancien Président égyptien Hosni Moubarak avaient tous deux jugé en privé devant lui que les États-Unis devraient attaquer l'Iran, position qu'ils n'avaient pas rendue publique.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, grand critique de l'accord sur le nucléaire, avait également réclamé le feu vert de Barack Obama, alors président, pour bombarder l'Iran, a aussi assuré l'ancien chef de la diplomatie américaine. 

Donald Trump estime que l'accord de 2015 est «horrible et partial» et «n'aurait jamais dû être conclu». Le Président reproche également au texte de ne pas traiter de certaines préoccupations américaines comme la menace que représente l'Iran pour Israël ou son soutien à des mouvements islamistes comme le Hezbollah.

Or selon M. Kerry, les Etats-Unis étaient «en train de conduire (l'Iran) à faire certaines choses, doucement», y compris à propos du conflit au Yémen. Selon lui, le président Hassan Rohani était «en train d'orienter le pays dans une direction différente».

«Ce que Trump a fait, c'est renforcer les gens qui en Iran disaient, ne négociez pas avec les Etats-Unis, ils vous détruiront», a jugé l'ancien candidat démocrate à l'élection présidentielle de 2004. 

Donald Trump a récemment vivement critiqué M. Kerry pour avoir continué à rencontrer l'actuel chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, des entrevues «illégales» qui «sapent» la politique étrangère des Etats-Unis, selon le Président des Etats-Unis.

Lire aussi:

Ayant fait le tour des réseaux sociaux, ces jaunes d’œufs étonnants attirent l'attention de chercheurs- vidéo
Elle refuse de porter un masque, son interpellation dégénère - vidéo
«On peut le dire haut et fort, Didier Raoult se trompe!»: l’hydroxychloroquine à nouveau désapprouvée dans une étude
Manuel Valls appelle à «renverser la table» en France après la crise du coronavirus
Tags:
Donald Trump, John Kerry, Israël, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook