Ecoutez Radio Sputnik
    Un méthanier

    Flexibilité du transport du gaz naturel liquéfié: chance ou menace pour l’Europe?

    © AP Photo / Dita Alangkara
    International
    URL courte
    Maria Tonkova
    492

    Malgré la volonté de l’UE de diversifier ses livraisons du gaz grâce au GNL, le marché européen n’est toujours pas la destination prioritaire pour les producteurs de cette ressource. Thierry Bros, chercheur à l'Oxford Institute for Energy Studies, a expliqué à Sputnik pourquoi le GNL est redirigé vers d’autres régions du monde que l’Europe.

    Quand les prix sont en hausse, le marché européen devient plus profitable pour les producteurs de gaz naturel liquéfié, indique Thierry Bros, chercheur à l'Oxford Institute for Energy Studies et membre du Conseil consultatif UE-Russie sur le gaz, interrogé par Sputnik en marge du Forum international du gaz de Saint-Pétersbourg.

    «Le prix aujourd'hui en Europe est de l'ordre neuf dollars par MBTU et c'est profitable pour le GNL. D'ailleurs, l'année dernière, 2017, il y a eu 19,5% du GNL en plus par rapport à 2016. Donc, effectivement, c'est profitable», a-t-il précisé.

    Néanmoins, M. Bros estime qu'il y a toujours «des endroits où c'est encore plus profitable pour envoyer ce GNL». Le 4 octobre, le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, a déclaré lors de la session plénière du Forum international du gaz de Saint-Pétersbourg que malgré la hausse des prix en Europe, les livraisons du GNL avaient diminué de 4,5 milliards depuis le début de 2018.

    «Par contre, il n'y a pas autant de GNL qui arrive par rapport à 2011, c'est parce qu'il y a des endroits où c'est encore plus profitable pour envoyer ce GNL. C'est la Chine, c'est l'Asie», a confirmé Thierry Bros.

    Selon lui, à la différence du gaz transporté par les gazoducs, les livraisons du GNL sont flexibles ce qui permet de le rerouter là où les prix sont plus attractifs.

    «Celui qui est le propriétaire du cargo va envoyer le cargo là où c'est le plus profitable […] Il y a dix ans que le GNL c'était finalement du quasi-pipe. Aujourd'hui, ce n'est plus ça. Le GNL c'est cette flexibilité, c'est cette capacité à aller vers le marché le plus rémunérateur», a-t-il ajouté.

    Interrogé sur l'influence de cette flexibilité sur la sécurité énergétique européenne, M. Bros a indiqué que le GNL «contribue à toute la sécurité comme le gaz gazeux».

    «Si l'Europe a besoin de plus de GNL, les prix vont monter et donc le GNL va arriver et va rester en Europe. L'Europe fait 60% du reloading du GNL dans le monde, c'est parce que les prix sont plus attractifs ailleurs. Si les prix devenaient moins attractifs ailleurs, ce GNL resterait en Europe», a-t-il souligné.

    D'après M. Bros, le GNL russe peut également trouver sa niche en Europe.

    «Il y a deux [usines] qui fonctionnent. Il y en a une à Sakhaline qui va en Asie et une autre, Yamal, qui vient en Europe en plein hiver et qui ensuite est rerouté si nécessaire», a-t-il conclu.

    En ce qui concerne la production du GNL en Russie, comme l'a indiqué Thierry Bros, la Russie dispose de deux usines de liquéfaction du gaz. La première construite par Gazprom a été ouverte en 2009 sur l'île de Sakhaline, en Extrême-Orient russe. L'autre se trouve sur la péninsule Yamal, dans le nord européen de la Russie. Il s'agit du projet de Novatek Yamal GNL lancé en décembre dernier, auquel le groupe Total participe à hateur de 20%. En mai, la société française a pris une participation de 10% dans le projet Arctic LNG 2 pour un montant de 2,55 milliards de dollars, d'après les termes du contrat de coopération avec la société russe Novatek.

    Lors du Forum international du gaz de Saint-Pétersbourg, Alexeï Miller a déclaré que le gaz livré par gazoducs continuera de jouer le rôle primordial sur le marché européen.

    «Il est absolument certain que les livraisons du gaz russe par gazoducs sont plus compétitives que les livraisons du GNL de n'importe quelle autre région du monde», a-t-il affirmé.

    Actuellement, les capacités des 24 terminaux de réception du GNL situés dans les pays de l'UE ne sont utilisées qu'à 25%. Néanmoins, l'UE entend construire 22 autres usines de regazéification afin de diversifier ses sources de livraisons du gaz.

    Lire aussi:

    Berlin achèterait le GNL américain en échange du Nord Stream 2
    Du gaz naturel liquéfié russe bientôt en Afrique du Sud?
    Du gaz liquéfié russe arrive enfin aux États-Unis
    Tags:
    gaz naturel liquéfié (GNL), gaz, Forum international du gaz de Saint-Pétersbourg (2018), Total, Gazprom, Union européenne (UE), Alexeï Miller, Iamal, Sakhaline, Europe, Chine, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik