Ecoutez Radio Sputnik
    La Première ministre britannique Theresa May

    Les portes du Royaume-Uni se ferment-elles devant les migrants des pays pauvres de l’UE?

    © REUTERS / Angela Weiss
    International
    URL courte
    6210

    Theresa May a annoncé de nouvelles règles en matière d'immigration au Royaume-Uni qui entreront en vigueur après le Brexit. Le système sera durci, a indiqué à Sputnik Richard Wellings, directeur de recherche adjoint à l’Institute of Economic Affairs (IEA), commentant la réforme proposée par la Première ministre.

    Ce n'est pas par hasard si l'annonce de la réforme du système d'immigration a coïncidé avec la conférence annuelle du Parti conservateur, Theresa May estimant sans doute qu'une politique dure en la matière pourrait l'aider à gagner le soutien des Tories parmi lesquels elle est plutôt impopulaire ces derniers temps, a déclaré à Sputnik Richard Wellings, de l'Institute of Economic Affairs (IEA).

    «Parmi les membres du parti, on observe un certain scepticisme quant à la mise en application effective de cette nouvelle politique», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que le futur système se distinguait bien de l'actuel.

    «Ce système doit modifier le schéma même des flots migratoires, diminuant entre autres le nombre de migrants en provenance des pays d'Europe de l'Est [récemment entrés dans l'Union européenne, ndlr] tels que la Pologne, la Bulgarie et la Roumanie, tout en augmentant le nombre de migrants de pays tels que l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada», a relevé M.Wellings.

    Selon ce dernier, le nouveau système d'immigration affectera le plus les migrants des pays les plus pauvres de l'Union européenne où le taux de chômage est toujours extrêmement élevé et le niveau de revenus de la population est de beaucoup inférieur à celui des habitants du Royaume-Uni.

    «Ils perdront le plus à cause de l'impossibilité d'entrer en Grande-Bretagne», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Commentant la réforme du système d'immigration proposée par la Première ministre, les observateurs relèvent qu'elle montre que Theresa May a bien l'intention de rester au 10 Downing Street pour les années à venir.

    Lire aussi:

    Immigration professionnelle: la France peine à attirer les talents
    «La France est le cinquième pays d’immigration dans l’Union européenne»
    Torture des migrants en Libye: une ONG accuse l’Europe de complicité
    Tags:
    immigration, réformes, Brexit, Institute of Economic Affairs (IEA), Parti conservateur (Royaume-Uni), Sputnik, Union européenne (UE), Theresa May, Richard Wellings, Pologne, Bulgarie, Roumanie, Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik