Ecoutez Radio Sputnik
    Les larves de moustiques de la fièvre du Nil occidental

    Virus du Nil occidental: l’Algérie risque-t-elle une nouvelle épidémie?

    CC BY-SA 2.5 / James Gathany, CDC / Larvae of Culex Mosquitoes
    International
    URL courte
    105

    Le ministère algérien de la Santé a catégoriquement démenti la propagation de la maladie du virus du Nil occidental qui serait venue de Tunisie, tout en affirmant qu’un dispositif de prévention contre cette infection avait été mis en œuvre depuis le mois d’avril.

    Suite au recensement par les autorités sanitaires tunisiennes de 130 cas d'infection au virus du Nil occidental, le ministère algérien de la Santé a réfuté les rumeurs faisant état de propagation de la maladie dans le pays, selon le journal L'Expression dans son édition du 10 octobre.

    Le ministère de la Santé réfute en bloc «le recensement d'un seul cas soit-il du virus du Nil occidental», a déclaré Mme Khamkhoum, responsable de la communication par intérim au ministère.

    Dans le même sens, Samia Hamadi, directrice de la prévention et de la promotion de la santé au ministère a mis en relief «le dispositif de prévention [contre la maladie, ndlr] mis en place depuis le mois d'avril 2018».

    Ce même dispositif est «réactivé chaque année du 15 avril au 30 novembre conformément à l'instruction N°09 du 08 avril 2018», a-t-elle ajouté, en soulignant qu'«aucune alarme n'est tirée ni encore d'état d'alerte maximale n'est annoncé».

    Concernant le cas des wilayas de l'est du pays, à la frontière avec la Tunisie, le directeur de la santé de la wilaya de Mila, Ouabès, a déclaré à L'Expression que «notre wilaya n'est pas concernée par le protocole [de prévention, ndlr], mais nous demeurons toutefois vigilants, tout comme à l'instar du reste du pays».

    En plus du risque de propagation en Afrique du Nord, le virus du Nil occidental a déjà fait des victimes sur le continent européen.

    En effet, en Grèce, la maladie a fait 31 morts et a infecté 271 personnes depuis le début de l'année 2018, selon les chiffres publiés le 29 septembre par le Centre national de prévention et de contrôle des maladies. Entre le 20 et le 27 septembre, les médecins grecs ont enregistré 37 cas supplémentaires de la maladie, dont quatre se sont avérés mortels, selon la même source.

    Le 25 septembre, 20 cas d'infection liés à la même maladie ont été détectés en France, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, selon l'Agence régionale de santé. Et si jusqu'ici les cas étaient identifiés dans les Alpes-Maritimes, c'est maintenant un Vauclusien qui vient d'être atteint.

    La République tchèque a, elle aussi, enregistré un cas de fièvre du Nil occidental sur son territoire. En effet, le 12 septembre, un homme, contaminé en Grèce, a été hospitalisée à Prague.

    La fièvre du Nil occidental est une maladie virale transmise par les moustiques. Très dangereuse, elle peut provoquer des complications neurologiques graves, entraîner des méningites, des encéphalites ou la paralysie, et en cas d'absence de soins peut même être mortelle. Les principaux symptômes sont des maux de tête, une grande fatigue, des douleurs musculaires, des nausées, des vomissements, une éruption cutanée et le gonflement des ganglions.

    La maladie a une période d'incubation de 14 jours, au bout desquels le sujet infecté commence à en ressentir les symptômes. Aucun vaccin ou traitement n'est actuellement connu.

    Lire aussi:

    En 9 mois, plus de 30 personnes sont mortes de la fièvre du Nil occidental en Grèce
    Un chercheur indique les pays responsables de la propagation du virus du Nil occidental
    Une épidémie tueuse se répand en France
    Tags:
    épidémie, fièvre du Nil occidental, virus, Europe, Tunisie, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik