Ecoutez Radio Sputnik
    L’Otan prépare ses troupes à une invasion de la Norvège par la Russie

    L’Otan prépare ses troupes à une invasion de la Norvège par la Russie

    U.S. Navy
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    5211114

    L’Otan s’inspire de la série Occupied pour ses dernières manœuvres, qui vont simuler une invasion de la Norvège et va ainsi positionner 45 000 soldats tout près de la Russie.

    Si du côté de l'alliance atlantique, on assure que c'est un exercice «défensif», Dominique Trinquand explique que «ça va être perçu comme une démonstration de force» par Moscou.

    Imaginez que la Russie envahisse la Norvège. Ça ressemble furieusement au scénario de la série «Occupied», mais c'est celui du prochain exercice de l'Otan —baptisé Trident Juncture- qui aura lieu en Norvège du 15 octobre au 7 novembre prochain.

    «Les scénarios d'un exercice ne sont jamais des scénarios avec des pays réels qui sont définis. Ce n'est pas la Russie qui est nommée, mais "un pays" qui envahit la Norvège», explique Dominique Trinquand, général de brigade et spécialiste des questions militaires.

    Certes, aucun État n'est jamais nommément cité dans ce genre d'exercices militaires, mais qui d'autre que la Russie ne serait pas membre de l'Otan et géographiquement assez près de la Norvège pour l'envahir?

    45 000 soldats, 10 000 véhicules, entre 130 et 150 avions, ainsi que 70 navires seront déployés entre 500 et 1 000 km de la frontière russe en Norvège, mais également en Suède et en Finlande, deux pays qui ne sont pourtant pas membres de l'Alliance atlantique.

    «La Finlande et la Suède, dans la région dans laquelle ils sont, ont des liens étroits avec la Norvège et donc la participation de ces pays extérieurs à l'Otan, mais dans le cadre d'exercices de l'Otan, fait l'objet de partenariats et est assez courant», estime le général de brigade au micro de Sputnik.

    Une proximité avec le territoire russe qui, de l'aveu même de l'Amiral Foggo, ne plaît pas beaucoup à Moscou.

    «Mon supérieur a établi au cours des derniers mois un dialogue avec le chef de la Défense russe, le général Gerasimov. Il y a eu des moments de tension, mais je pense que ce dialogue est positif», a expliqué l'Amiral James Foggo, responsable de l'exercice.

    Dominique Trinquand rappelle que les exercices militaires sont «courants» au sein de l'Otan afin de «préparer des forces qui n'ont pas l'habitude de travailler ensemble» tout en reconnaissant la différence de perception entre Occidentaux, qui parlent d'un exercice «défensif» et Russes qui y voient une provocation.

    «Ce n'est pas plus provocant que les exercices qui sont organisés partout ailleurs [mais] ça va être perçu à Moscou comme une démonstration de force à la limite de l'acte d'agression.»

    De l'avis de l'expert militaire, c'est d'ailleurs cette perception russe qui pousse l'Otan à inviter des observateurs russes lors des manœuvres.

    «[La présence d'observateurs russes] fait partie des mesures qui doivent diminuer les tensions. C'était une pratique dans les accords du temps du rideau de fer. Ces accords ne sont plus en application, mais le fait que l'Otan continue à appliquer cette mesure d'observation est une mesure tendant à éviter l'escalade.»

    Quant à la présence de volets cyber, spatial et nucléaire dans l'exercice Trident Juncture 18, Dominique Trinquand considère que cela reflète plus les nouvelles menaces que les tensions existant au nord de l'Europe.

    «Le cyber et le spatial sont les nouvelles menaces et les nouvelles protections qui doivent être apportées. Il est normal que l'Otan les inclue dans ces exercices. Il y a un commandement de l'espace, un commandement cyber et ceux-ci aussi doivent s'entraîner. Ce sont typiquement les nouvelles menaces contre lesquelles l'Otan doit s'entraîner.»

    Lire aussi:

    Sommet OTAN: face à la Russie, «une tête gigantesque avec des pieds fragiles»
    Un porte-avions américain entre en Arctique, une première depuis presque 30 ans
    Matériels militaires gelés: l’ennemi inattendu de l’Otan en Norvège
    Tags:
    invasion, exercices militaires, OTAN, Dominique Trinquand, Occident, Norvège, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik