Ecoutez Radio Sputnik
    Damas (archive photo)

    La France a fait «un pas en avant», mais la Syrie attendrait davantage

    © Sputnik . Dmitry Vinogradov
    International
    URL courte
    12231

    En prévision du sommet Allemagne-France-Russie-Turquie sur la Syrie, le directeur du Centre des études stratégiques de Damas Bassam Abu Abdullah indique à Sputnik ce que la Syrie attend de Paris, qui s’est déjà prononcé pour une solution politique dans ce pays, et évoque l’influence des pays occidentaux sur la réforme de la Constitution syrienne.

    Paris, qui devrait participer au prochain sommet Allemagne-France-Russie-Turquie sur la Syrie initié par le Président turc Erdogan, devrait y préciser sa position après la récente déclaration d’Emmanuel Macron à l’Onu, a déclaré à Sputnik Bassam Abu Abdullah, directeur du Centre des études stratégiques de Damas (DCSS).

    «La position de la France n’est toujours pas claire. Elle a un peu évolué. Le Président Macron a déclaré, lors d’une réunion plénière à l’Onu, qu’il fallait trouver des solutions politiques en Syrie et laisser le peuple syrien décider de son sort. C’est un petit pas en avant, mais nous avons déjà entendu des déclarations pareilles par le passé», a indiqué M.Abu Abdullah.

    Intervenant le 25 septembre dernier à l’Assemblée générale de l’Onu à New York, Emmanuel Macron, avait appelé au «respect de la souveraineté syrienne», et à ne pas «décider pour le peuple syrien», tout en faisant part de sa volonté que la communauté internationale, aidée par les États garants d’Astana (Turquie, Iran, Russie), le Small Group (France, États-Unis, Royaume-Uni, Arabie saoudite et Jordanie) et les États régionaux, construise «une solution politique inclusive durable à travers la réforme constitutionnelle et l’organisation d’élections libres» en Syrie.

    M.Abu Abdullah a rappelé que Paris et Damas avaient autrefois des liens étroits: les Français avaient une école et un centre culturel, le français était enseigné dans les écoles syriennes comme deuxième langue et la société Total travaillait dans le pays. Mais devenue «plus proche des États-Unis», qui défendent leurs propres intérêts, la France a beaucoup perdu, a noté M.Abu Abdullah.

    Selon l’expert, il y a déjà de «bonnes personnes en France qui ont changé de position à l’égard de l’avenir de la Syrie et qui voient qu’on ne peut plus fermer les yeux sur le terrorisme».

    Il a appelé Paris à abandonner sa politique de pays qui a administré la Syrie entre 1920 et 1946, à «renoncer à son ancienne évaluation» de ce pays proche-oriental pour nouer des relations modernes.

    «La France devrait modifier sa politique concernant la situation en Syrie. On pourrait alors discuter», a poursuivi Bassam Abu Abdullah.

    Dans ce contexte, l’expert a insisté sur le fait que la réforme de la Constitution syrienne, prévue par la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’Onu (2015), était une affaire intérieure de la Syrie et que les pays occidentaux et, entre autres la France, ne devraient pas essayer d’influer sur ce processus.

    «En fin de compte, ce sera une solution à la question syrienne. La Constitution est syrienne, elle n’est pas française, et personne n’a le droit de s’immiscer dans ces affaires. Mais certains pays occidentaux croient qu’ils peuvent atteindre leurs objectifs par la voie politique là où ils n’ont pas réussi à le faire par les moyens militaires et par le soutien apporté au terrorisme. Ils n’y arriveront pas», a conclu M.Abu Abdallah.

    En juillet, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que l'Allemagne, la France, la Russie et la Turquie tiendraient un sommet sur la Syrie le 7 septembre. Le porte-parole du Président turc Ibrahim Kalin a annoncé début octobre que le sommet quadripartite pourrait avoir lieu à Istanbul en octobre ou début novembre.

    D’après Celalettin Yavuz, conseiller pour la politique extérieure du chef du Parti d'action nationaliste (MHP), interrogé par Sputnik, le sommet devrait porter sur les moyens de garantir la sécurité et combattre le terrorisme dans le gouvernorat syrien d’Idlib, de prévenir une nouvelle vague de réfugiés, mais aussi d’en déloger les Américains qui s'appliquent à s'installer dans la région, en soutenant des unités kurdes armées et en y déployant de nouvelles bases.

    Lire aussi:

    Moscou prêt à participer au sommet sur la Syrie avec la France, l’Allemagne et la Turquie
    La date et le lieu du sommet France-Russie-Turquie-Allemagne sur la Syrie désignés
    Influence française en Syrie: les illusions perdues de Macron
    Tags:
    souveraineté, ingérence, constitution, Bassam Abu Abdallah, Emmanuel Macron, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik