Ecoutez Radio Sputnik
    Pourquoi les essais nucléaires ont été arrêtés

    Pourquoi les essais nucléaires ont été arrêtés

    © Photo. Public domain
    International
    URL courte
    5410

    La contamination radioactive, les séismes, les troubles des processus atmosphériques et la puissance incontrôlable de l'arme la plus terrifiante de l'Histoire: voilà pourquoi mêmes si l'humanité s'est passionnée pour les essais nucléaires au milieu du siècle dernier, elle a aussi rapidement compris que la Terre n'était pas un polygone militaire.

    Le Traité d'interdiction des essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, dans l'espace extra-atmosphérique et sous l'eau est entré en vigueur il y a exactement 55 ans, le 10 octobre 1963. Ce document a été signé par les plus grandes puissances militaires de l'époque — l'URSS, les USA et le Royaume-Uni — mais tous les membres du club nucléaire n'y ont pas adhéré.

    L'époque des essais

    Aujourd'hui l'explosion nucléaire est un phénomène qui a été examiné sous toutes les coutures. Jusqu'en 1963, les antagonistes de la Guerre froide ont fait exploser des milliers de munitions de centaines et de milliers de kilotonnes dans l'eau, dans l'air et sur terre. Les scientifiques et les militaires ont obtenu de nombreuses informations sur le comportement de cette arme, ont identifié ses avantages et ses inconvénients et ont créé des moyens de protection contre ses facteurs offensifs. En montrant ce dont la bombe atomique était capable, ces essais ont empêché de facto une troisième guerre mondiale. Même s'ils ont infligé un préjudice important à notre planète, ce dernier n'était pas irréversible.

    Certains polygones atomiques restent inhabitables. Par exemple, l'atoll de Bikini paradisiaque des Îles Marshall a été longtemps utilisé par le Pentagone pour ses essais nucléaires et thermonucléaires. Ainsi, le 1er mars 1954, les Américains y ont fait exploser la bombe H Castle Bravo. Pour la première fois, le combustible utilisé dans la bombe était le deutérure de lithium dans une enveloppe d'uranium appauvri. La puissance prévue était comprise entre 4 et 8 mégatonnes. Cependant, l'explosion a dépassé toutes les attentes: Castle Bravo a détonné comme 15 millions de tonnes de tolite. Les observateurs se trouvant dans le bunker ont décrit l'effet de l'explosion comme un puissant séisme qui a ébranlé l'abri. Le champignon était nettement plus grand que lors du premier essai thermonucléaire (1er novembre 1952): 60 km de haut, 100 km de diamètre de la «tête» et 7 km de diamètre du «tronc». L'explosion a provoqué des destructions colossales ayant modifié à tout jamais les traits de l'atoll de Bikini.

    La contamination radioactive était également extrêmement grave. Selon les sources américaines, Castle Bravo a constitué l'explosion la plus «sale» de toute l'histoire des essais nucléaires américains. La contamination a touché une zone de 550 km sur 100 km. Le vent a rapidement répandu les précipitations radioactives: sept heures et demie après l'explosion, sur l'atoll de Rongerik, une augmentation du fond radioactif a été enregistrée à 240 km de l'épicentre. 28 militaires américains se trouvant sur place ont été irradiés et ont été évacués d'urgence. Un nuage de précipitations radioactives a également touché le bateau de pêche japonais Fukuryu Maru à 170 km de Bikini. Les membres de l'équipage ont reçu presque 300 roentgens et ont été handicapés. Le transmetteur du bateau est décédé six mois plus tard. Cet incident a provoqué une vague de manifestations antimilitaires au Japon et dans le monde.

    L'URSS a également contribué à faire chavirer la «barque atomique» avec la munition la plus puissante de tous les temps, la Tsar-bomba à hydrogène d'une puissance de 58 mégatonnes AN602, conçue en URSS entre 1954 et 1961. Ce monstre de 8 mètres d'un poids de 26,5 tonnes a été testé le 30 octobre 1961 sur le polygone nucléaire de Soukhoï Nos de la Nouvelle-Zemble. La bombe a été transportée par le bombardier stratégique modifié Tu-95V, puis a été larguée à 10,5 km d'altitude pour exploser à 4.200 mètres. L'avion a réussi à s'éloigner à 40 km, mais il a tout de même ressenti une puissante onde de choc.

    Personne n'a jamais vu ce que ses pilotes ont pu observer de leurs propres yeux: la boule de feu a atteint un rayon de 4,5 km, le champignon nucléaire est monté à presque 70 km d'altitude en sortant de la stratosphère. L'onde sismique a fait trois fois le tour du monde. L'ionisation de l'atmosphère a provoqué pendant 40 minutes des parasites dans les communications radio à des centaines de kilomètres du polygone. Son rayonnement lumineux était capable de provoquer des brûlures au 3e degré dans un rayon de 100 km. Cette expérience a prouvé que la puissance de l'explosion thermonucléaire était illimitée. Plus exactement, tant que le «polygone» tiendrait le coup.

    Un «substitut» souterrain

    L'Union soviétique a initié les négociations de Genève sur la restriction des essais nucléaires dangereux pour toute la planète. Le premier traité international réglementant le processus de production des armes nucléaires est entré en vigueur le 10 octobre 1963. Néanmoins, la Chine et la France ont poursuivi leurs essais terrestres jusqu'en 1980 et 1974 respectivement. C'est alors que les pays signataires du traité sont partis sous terre: l'époque des explosions souterraines a commencé.

    Ces essais étaient jugés plus sûrs pour l'environnement. Sur bien des aspects, une explosion souterraine est similaire à son analogue aérienne, mais les effets de la détonation sont nettement plus faibles. Les essais menés sous terre se distinguent des explosions aériennes et sous-marines par le très faible rayon d'action de l'onde de choc, entièrement limité par la poche souterraine — le cratère. Puis l'onde de choc se transforme en onde de compression ou en onde sismique qui possède l'effet principal. Les puissances nucléaires ont ainsi obtenu la possibilité de tester l'arme dans des conditions relativement sûres pour l'atmosphère et l'effet de l'onde d'explosion sismique a été reconnu efficace uniquement pour détruire des sites protégés profonds.

    A elle seule, l'URSS a organisé près de 500 explosions souterraines entre 1964 et 1990. Les essais se déroulaient essentiellement sur le polygone de Semipalatinsk et de Nouvelle-Zemble, mais pas uniquement à des fins militaires. Les spécialistes essayaient également d'orienter la force destructrice de l'arme de destruction massive vers des objectifs pacifiques — pour intensifier la production de pétrole, de gaz, de métaux, la modification des frontières des bassins, etc. Les essais terrestres et sous-marins n'étaient plus nécessaires: les logiciels informatiques parviennent très bien à simuler avec précision les essais nucléaires. Et les ogives actuellement en service n'expireront pas avant longtemps.

    L'interdiction juridique complète des essais nucléaires est entrée en vigueur le 10 septembre 1996. Aujourd'hui, l'Inde, le Pakistan et la Corée du Nord sont les seuls pays à n'avoir pas signé ce traité. Pyongyang est le dernier État qui a osé organiser des essais nucléaires. Le 3 septembre 2017, la Corée du Nord a testé une bombe thermonucléaire sur le polygone de Punggye-ri. D'après les spécialistes occidentaux, la puissance de l'explosion était comprise entre 60 et 300 kilotonnes. Rappelons que les sixièmes essais nucléaires nord-coréens avaient provoqué une réaction très négative de la communauté internationale. Mais, comme ce fut plusieurs fois le cas pendant la Guerre froide, c'est l'explosion nucléaire qui a poussé les antagonistes à s'asseoir à la table des négociations. A l'issue de ces pourparlers, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a annoncé le 20 avril 2018 la suspension des programmes nucléaires et des essais balistiques par son pays.

    Lire aussi:

    Armes du Jugement dernier: les essais les plus destructeurs de bombes thermonucléaires
    Les USA évaluent les conséquences d'une éventuelle frappe nucléaire sur leurs villes
    Des îles Marshall à Pyongyang: les essais nucléaires les plus dévastateurs sous la loupe
    Tags:
    guerre mondiale, tests nucléaires, URSS, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik