Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Affaire Skripal: Moscou dévoile les dessous du projet britannique Bellingcat

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (127)
    301116

    Revenant une nouvelle fois sur l'affaire Skripal, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que Londres ne fournissait que «des fuites de médias» et a qualifié le projet britannique Bellingcat d'«instrument de déversement».

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a évoqué ce samedi l'affaire Skripal et le projet britannique Bellingcat qui avait déjà fait paraître les résultats de son «enquête» sur le dossier.

    «Prenons, par exemple, Bellingcat. Qui vous a dit que c'étaient des informations? Les informations sont véhiculées soit par des représentants officiels ou des structures et des départements officiels, soit elles sont le fruit du journalisme d'enquête. Bellingcat, qu'est-ce que c'est? Un média? C'est, pardonnez-moi, un instrument de déversement», a-t-elle indiqué lors d'une émission sur la chaîne russe TV Tsentr.

    Elle a fait remarquer que depuis six mois, Londres n'avait fourni aucune nouvelle officielle.

    «Tout ce que donne le Royaume-Uni, ce ne sont pas les déclarations de représentants officiels, celles de personnes qui viennent la visière relevée devant la communauté internationale et qui ont le courage de faire de telles déclarations. Tout se fonde sur des fuites de médias», a-t-elle constaté.

    Le site du projet britannique Bellingcat, qui a déjà fait paraître d'autres articles manquant de preuves irréfutables, a affirmé que selon «la base de données du Service fédéral des migrations (FMS)» de Russie, Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov étaient «des agents du Service du renseignement militaire russe (GRU)». Le premier serait «en réalité» un colonel du GRU répondant au nom d'Anatoli Tchépiga et le second serait un médecin militaire de ce même service se prénommant Alexandre Michkine.

    Le 5 septembre, le parquet britannique avait formulé aux deux hommes quatre chefs d'accusation, notamment pour tentative de meurtre de l'ancien officier Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, ainsi que du policier britannique Nick Bailey. La Première ministre britannique Theresa May a affirmé que les deux suspects étaient des hommes du GRU, sans pour autant présenter de preuves pour appuyer ces allégations.

    Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov ont accordé quelques jours plus tard un entretien à Margarita Simonian, rédactrice en chef de Sputnik et de RT, dans lequel ils ont rejeté toutes les accusations portées contre eux.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les noms et les photos des deux suspects russes ne prouvaient rien et que l'enquête sur des crimes aussi sérieux exigeait une analyse scrupuleuse et une coopération très étroite entre les services de sécurité des deux pays.

    L'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés en mars dernier à Salisbury et retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière cet empoisonnement.

    Dossier:
    Affaire Skripal (127)

    Lire aussi:

    Zakharova qualifie de «blague» la nouvelle enquête de Bellingcat sur l’affaire Skripal
    «Intox» à un moment bien choisi: Moscou sur le nouveau tournant dans l'affaire Skripal
    Kremlin: l’utilisation d’agents toxiques en Europe «suscite des préoccupations»
    Tags:
    empoisonnement, suspect, Bellingcat, Service fédéral russe des migrations (FMS), Service de renseignement militaire de Russie (GRU), chaîne de télévision russe RT, ministère russe des Affaires étrangères, Sputnik, Anatoli Tchépiga, Rouslan Bochirov, Alexandre Petrov, Ioulia Skripal, Sergueï Skripal, Theresa May, Maria Zakharova, Margarita Simonian, Royaume-Uni, Londres, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik