International
URL courte
2121
S'abonner

La déflagration d'une bombe posée par des radicaux a tué un enfant dans le gouvernorat syrien de Deraa, a fait savoir ce samedi l'agence SANA.

Un enfant a été tué dans le gouvernorat syrien de Deraa dans l'explosion d'une bombe posée par des radicaux, a annoncé ce samedi l'agence SANA.

«La bombe posée par des terroristes a explosé samedi matin à la périphérie du village de Ghariba, entraînant la mort d'un enfant de 10 ans», a annoncé l'agence, précisant que la localité était située à une quarantaine de kilomètres à l'est de Deraa.

De tels incidents ne sont pas rares en Syrie où les radicaux posent, en évacuant des villages sous la poussée de l'armée syrienne, des explosifs, parfois dans les maisons. Jeudi dernier, la déflagration d'une mine laissée par des radicaux dans un village du gouvernorat de Deir ez-Zor avait blessé 12 enfants.

L'état-major russe a confirmé dernièrement que les autorités syriennes avaient repris le contrôle des gouvernorats de Deraa, de Quneitra et de Soueïda, tout comme de la frontière avec la Jordanie et les hauteurs du Golan.

À la mi-septembre, l'armée syrienne a découvert de grandes quantités d'armes et de munitions, notamment des lance-roquettes et des roquettes, des canons et des armes légères, y compris israéliennes, lors d'une opération de nettoyage dans d'anciens bastions de Daech* dans le gouvernorat de Deraa, à Hawz Yarmouk, avait annoncé l'agence iranienne Fars.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
blessés, morts, bombe, enfants, SANA, Fars, Daech, Hauteurs du Golan, Deir ez-Zor, Deraa, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook