Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Zakharova: accuser Moscou de cyberattaque pour mieux tirer le tapis sous ses pieds

    © Sputnik . Valery Melnikov
    International
    URL courte
    4219

    N’exposant les informations sur la prétendue cyberattaque russe contre l’OIAC qu’aujourd’hui, six mois après les faits imputés, les pays occidentaux essaient de discréditer l’initiative de la Russie, récemment évoquée par Sergueï Lavrov, de créer un code de conduite générale pour le monde entier dans le cyberespace, selon Maria Zakharova.

    Les accusations portées à l'encontre de la Russie de prétendues cyberattaques contre l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sont liées à la tentative pour discréditer l'initiative de Moscou d'élaborer, sous l'égide de l'Onu, des règles globales de conduite dans le cyberespace, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova dans une interview accordée à la chaîne de télévision Rossiya 1.

    La diplomate a attiré l'attention sur le fait que les fuites dans les médias concernant la prétendue cyberattaque russe contre l'OIAC ne sont apparues que six mois après la date donnée par les autorités néerlandaises:

    «C'est notamment à ce moment précis, après six mois de silence, qu'il a fallu tout secouer et tout exposer à la lumière, d'abord en provoquant des fuites dans des médias, ensuite en faisant un scandale. Pourquoi? C'est précisément maintenant que la Russie a soumis une proposition à ses partenaires dans le monde entier pour élaborer un code de conduite dans le cyberespace.»

    Et de poursuivre:

    «Il faut tout faire pour tirer le tapis sous nos pieds en affirmant que ce n'est pas la Russie qui doit proposer au monde une base solide pour la conduite et pour l'élaboration des règles générales de conduite dans le cyberespace: il vaudrait mieux que l'Occident le fasse», a souligné Maria Zakharova.

    Le 28 septembre, lors de la 73e session de l'Assemblée générale de l'Onu, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie jugeait nécessaire de développer une convention sur la lutte contre la cybercriminalité et élaborer, sous l'égide de l'Onu, les règles globales de la conduite responsable des États dans le cyberespace.

    Le jeudi 4 octobre, le ministère néerlandais de la Défense a annoncé que les services secrets des Pays-Bas avaient déjoué une cyberattaque contre l'OIAC qui aurait été menée par quatre ressortissants russes, ajoutant que les hackers russes présumés munis de passeports diplomatiques avaient été expulsés du pays.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié les accusations des autorités néerlandaises de nouvelle action de propagande. Moscou a plusieurs fois indiqué à La Haye que la «campagne d'espionite antirusse», lancée aux Pays-Bas, causait un grave tort aux relations bilatérales.
    Une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré qu'il n'y avait eu et qu'il ne pouvait y avoir aucune cyberattaque russe contre l'OIAC parce que Moscou avait accès à toutes les informations de cette organisation. Elle a qualifié les accusations néerlandaises «d'exemple d'une politique frôlant l'obscurantisme appliquée par certains pays occidentaux». Le ministère a ajouté que l'espionite occidentale gagnait en ampleur.

    Lire aussi:

    L’ambassadrice néerlandaise convoquée au ministère russe des Affaires étrangères (vidéo)
    Lavrov commente la situation autour des «espions» russes à La Haye
    Encore les hackers russes? Des Allemands font part de leur scepticisme
    Tags:
    cyberattaque, OIAC, Maria Zakharova, Sergueï Lavrov, Pays-Bas, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik