Ecoutez Radio Sputnik
    Google

    Affaire Khashoggi: Google boycotte le sommet international sur les investissements à Riyad

    © REUTERS / Dado Ruvic
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (103)
    0 101

    À l’instar d’une série d’entreprises internationales, Google a pris la décision de se retirer de la liste des participants au sommet Future Investment Initiative qui se tiendra fin octobre à Riyad. Ce boycott de masse du forum international se déroule en lien avec la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

    Après la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, de nombreuses sociétés internationales ont pris la décision de boycotter la conférence Future Investement Intitiative (FII) qui se déroulera à Riyad du 23 au 25 octobre sous le patronage du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane Al Saoud, selon le site The Hill. L'entreprise américaine Google a également décidé de se retirer de la liste des participants au sommet au cours duquel seront débattues les questions sur les investissements dans l'économie du royaume de plusieurs milliards de dollars:

    «Nous pouvons confirmer que Diane Greene [la PDG de la division informatique de Google cloud, ndlr] ne participera pas au sommet FII», a déclaré le porte-parole de Google, cité par The Hill.

    Auparavant, le président-directeur général de la banque JPMorgan Chase Jamie Dimon, ainsi que le président du conseil d'administration de Ford Motor Company Bill Ford, les PDG des entreprises d'investissement BlackRock Laurence Fink et de Blackstone Stephen Schwarzman avaient également refusé de participer au sommet à Riyad. De plus, The Financial Times, l'agence Bloomberg, CNN et CNBC se sont retirés de la liste des sponsors du sommet, selon The Guardian.

    «Je suis particulièrement troublés par les récents reportages sur Jamal Khashoggi», a déclaré la semaine dernière la PDG d'Uber, Dara Khosrowshahi. «Nous suivons la situation de près et à moins que des faits considérablement différents n'apparaissent, je ne participerai pas à la conférence de la FII à Riyad.»

    Plus tôt cette année, Google avait annoncé qu'il travaillerait avec une agence saoudienne afin d'ouvrir cinq centres d'innovation dans le pays pour y former des futurs ingénieurs.

    Après une perquisition dans le consulat saoudien d'Istanbul, le bureau du procureur général turc a déclaré avoir des preuves de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi disparu le 2 octobre, a informé Al Jazeera. Certaines choses auraient été soustraites aux recherches menées par la police à l'intérieur du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, selon le Président turc.

    Virulent critique du pouvoir saoudien, M.Khashoggi n'a plus donné signe de vie depuis son entrée le 2 octobre dans le bâtiment du consulat saoudien à Istanbul. Selon sa fiancée qui l'y avait accompagné, il devait y obtenir des documents nécessaires pour leur mariage.

    Des responsables turcs ont affirmé qu'il y avait été assassiné par des agents saoudiens. Pour sa part, Riyad rejette les allégations turques tout en affirmant que le journaliste a quitté le bâtiment.

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (103)

    Lire aussi:

    Bruno Le Maire refuse d’aller à un sommet saoudien en raison de l’affaire Khashoggi
    Khashoggi mort dans une rixe au consulat? Ankara «ne permettra jamais une dissimulation»
    Affaire Khashoggi: un suspect de l’assassinat aurait eu un accident mortel à Riyad
    Tags:
    sommet, investissements, Bloomberg, Uber, Google, Jamal Khashoggi, États-Unis, Ankara, Turquie, Arabie Saoudite, Riyad
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik