International
URL courte
3316
S'abonner

Jovenel Moïse, président d’Haïti, a déposé le 17 octobre une gerbe de fleurs sur le lieu où a été assassiné, le 17 octobre 1806, Jean-Jacques Dessalines, l'un des pères fondateurs de la nation haïtienne. Face à la tension qui régnait sur place, la police a fait un large usage des armes pour exfiltrer le cortège présidentiel.

Des milliers d'Haïtiens ont défilé dans les rues de l'île le 17 octobre afin de dénoncer la corruption et exiger la démission du Président Jovenel Moïse. Ce dernier se trouvait dans la matinée à Port-au-Prince afin de déposer une gerbe de fleurs en hommage à Jean-Jacques Dessalines, l'un des pères fondateurs de la nation haïtienne pour le 212ème anniversaire de sa mort.

La présence de nombreux manifestants a fait monter la tension sur place. D'après les informations de l'AFP, la police a dû faire usage de ses armes afin d'exfiltrer le cortège présidentiel, forçant toutes les personnes présentes à se jeter à terre. Selon Martinique 1, chaîne du groupe France Info, des pierres et des bouteilles ont été lancées en direction des agents de sécurité blessant l'un d'eux à la tête.

La colère monte dans l'île caribéenne depuis plusieurs semaines. Les manifestions tendent à se multiplier à travers les principales villes du pays afin de dénoncer l'inaction des autorités face à la corruption.

Lire aussi:

Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Arrêtés en possession d’armes, deux agents de la DGSE mis en examen à Paris pour un projet de meurtre
La Russie livre à 15 pays de l’Avifavir, son médicament contre le Covid-19
Tags:
tentative d'assassinat, tir, agents de sécurité, président, blessés, Haïti
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook