Ecoutez Radio Sputnik
    Rabat

    Rabat: le Maroc «ne sera jamais le gendarme» de l’Europe

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    41310

    Le Maroc «ne sera jamais le gendarme de qui que ce soit», a déclaré vendredi le chef de la diplomatie marocaine en commentant la coopération migratoire entre Rabat et Bruxelles.

    Lors du Forum les «Panafricaines» à Casablanca, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a exprimé le 26 octobre sa vision de la coopération entre le Maroc et l'Union européenne dans le domaine migratoire.

    «La migration n'est pas une problématique sécuritaire, c'est une question de sécurité humaine», a affirmé M.Bourita cité par les médias.

    Dans ce contexte, il a critiqué le concept des centres de débarquement et d'accueil de migrants. Pour le ministre, de telles institutions sont «contre-productives, court-termistes et inévitablement dangereuses». Elles sont non seulement incapables de «répondre au symptôme» de la crise migratoire, mais aussi «affectent le socle des valeurs qui sous-tendent la condition même d'humain».

    «Le Maroc n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais le gendarme de qui que ce soit», a déclaré le chef de la diplomatie marocaine.

    Cela étant, il a rappelé les mesures prises par Rabat en ce qui concerne la problématique migratoire. Son approche est destinée à favoriser l'intégration durable des migrants, y compris dans les dimensions de l'éducation, de la santé et de l'emploi. Une attention particulière est accordée aux femmes migrantes, a souligné M.Bourita.

    «Cette politique a permis, à travers deux campagnes de régularisation lancées en 2014 et en 2017, de régulariser plus de 50.000 personnes, parmi lesquels 95% sont des ressortissants de pays africains, dont 18.819 migrantes femmes», a précisé le ministre.

    Les dires de Nasser Bourita concordent avec l'approche du gouvernement marocain exprimée début octobre par le ministre délégué aux Relations avec le parlement et la Société civile, Mustapha El Khalfi, qui avait confirmé le refus catégorique de Rabat d'ouvrir des centres d'accueil pour migrants étant donné que ces établissements n'étaient «qu'une tentative d'externaliser le problème et ne constitue pas une solution».

    Lire aussi:

    Ouverture de camps de rétention de migrants: le non catégorique de Rabat aux Européens
    Sergueï Lavrov invité à Rabat par son homologue marocain
    Maroc: une femme tuée dans une fusillade contre un bateau de migrants
    Tags:
    centre d'accueil, crise migratoire, coopération, migrants, migration, Union européenne (UE), Nasser Bourita, Casablanca, Rabat, Bruxelles, Maroc, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik