Ecoutez Radio Sputnik
    Affaire Khashoggi: un soulèvement en Arabie saoudite, vœu pieux des islamistes tunisiens?

    Affaire Khashoggi: un soulèvement en Arabie saoudite, vœu pieux des islamistes tunisiens?

    © AP Photo / Emrah Gurel
    International
    URL courte
    Safwene Grira
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)
    5118

    L’affaire Khashoggi pourrait-elle provoquer un soulèvement en Arabie saoudite? Étrangement, l’insinuation du chef du parti islamiste tunisien intervient quelques jours après que le ministre des Affaires étrangères tunisien ait mis en garde contre toute tentative d’instrumentaliser l’assassinat du journaliste pour déstabiliser l’Arabie saoudite...

    Le président du parti islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, a comparé, samedi 27 octobre, l'affaire Jamal Khashoggi avec l'auto-immolation du jeune Bouazizi, étincelle d'un soulèvement en Tunisie et du Printemps arabe.

    «Cette conférence se tient dans une atmosphère qui rappelle, à bien des égards, celle de l'auto-immolation tragique de Bouazizi, et la vague de sympathie, mais aussi de ressentiment, qui ont parcouru le monde. À rapprocher de cela, le séisme provoqué par l'assassinat abominable du journaliste Jamal Khashoggi», a déclaré le président du parti islamiste tunisien Ennahda, à l'occasion d'une réunion avec les cadres de son parti.

    Cinq jours plus tôt, un communiqué d'Ennahdha «condamnait… l'assassinat immonde», appelait à «la poursuite des coupables», et «incitait les forces des réformes et du changement dans la région […] à défendre les valeurs de la liberté et de la dignité»… devise de la Révolution tunisienne.
    Étrangement, le ministre tunisien des Affaires étrangères mettait en garde, quelques jours auparavant, contre toute tentative d'instrumentaliser l'affaire Khashoggi pour déstabiliser l'Arabie saoudite.

    «La Tunisie ne peut que condamner l'assassinat de ce journaliste. Mais la Tunisie veut aussi dire que l'Arabie saoudite a réagi positivement et décidé de l'ouverture d'une enquête approfondie sur les raisons et circonstances de cette affaire. […] Mais il ne faut pas que ce soit, non plus, une raison ou un prétexte pour porter atteinte à la stabilité du Royaume. Il est très important que parallèlement avec la révélation de la vérité et la punition des coupables, il faut prendre en considération la place de l'Arabie saoudite et ce qu'elle a fait, jusque-là, pour répondre aux doléances de la société saoudienne, d'abord, et de la communauté internationale. […] La Tunisie, en tant que jeune démocratie, ne peut jamais accepter qu'un journaliste soit traité de la sorte […], mais, en même temps, il ne faut pas que ce soit un prétexte pour viser la stabilité de l'Arabie saoudite et sa sécurité.»

    Mal perçue par une partie de l'opinion publique, qui critiquait une forme d'asservissement à l'Arabie saoudite, l'assertion s'inscrit pourtant, selon une source diplomatique tunisienne, «dans le droit fil de la tradition diplomatique de la Tunisie, qui prend en considération les relations de voisinage, et qui se veut aussi, contre toute forme d'ingérence». Ce ne sont pas les projets de développement saoudiens en Tunisie, évalués à plusieurs millions de dollars, qui inverseront la tendance.

    En dépit de la vague d'émotion qu'a suscité en Tunisie l'assassinat du journaliste saoudien, les réactions, notamment politiques, n'ont pas échappé au paradigme qui gouverne la vie politique en Tunisie, sensible à l'antagonisme né de la dernière crise du Golfe. Les partis réputés proches de l'axe Turquie-Qatar ont été les plus prompts à dénoncer l'assassinat du journaliste, alors que les autres, sans naviguer pour autant dans l'orbite saoudienne, se sont plutôt montrés discrets.

    «Paix et éternité à la mémoire du martyr Jamal Khashoggi. Remerciements et reconnaissance à Erdogan qui a démontré que l'homme d'État véritable c'est celui qui ne sacrifie pas ses principes à l'autel des intérêts…», dit l'ancien président tunisien, Moncef Marzouki.

    Associé au pouvoir depuis les élections générales de décembre 2014, le parti Ennahdha poursuit quant à lui, sa quête de «fréquentabilité internationale», en même temps qu'il mène une opération d'exorcisme pour se libérer des démons du passé. Le tout sans renoncer à ses alliances internationales, le Qatar et la Turquie, d'autant plus que l'administration américaine semble bouder les organisations proches des Frères musulmans. À moins que celle-ci n'évolue, sur l'affaire Khashoggi, vers une position plus ferme, la dernière insinuation de Rached Ghannouchi demeurera un vœu (islamiquement) pieux…

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)

    Lire aussi:

    Khashoggi, Ben Laden, les Frères musulmans et l’islamisme, une relation fusionnelle
    «La disparition de Khashoggi fait les affaires des États-Unis et de l’Occident»
    L’ambassadeur tunisien à Sputnik sur le niveau des relations bilatérales avec la Russie
    Tags:
    Rached Ghannouchi, Jamal Khashoggi, Tunisie, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik