Ecoutez Radio Sputnik
    Un char de l'armée israélienne

    Dans quel cas Israël prendrait-il des mesures militaires contre Téhéran?

    © AFP 2018 JACK GUEZ
    International
    URL courte
    23238

    Si Téhéran «continue de développer son programme nucléaire, il faudra l’arrêter», mais Israël considère qu’un affrontement militaire avec l’Iran serait une mesure de « dernier recours », estime le général israélien à la retraite Uzi Dayan dans une interview accordée à Sputnik.

    Visite du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Oman
    © REUTERS / Israel GPO/Handout via REUTERS
    Dans un entretien avec Sputnik, Uzi Dayan, ancien chef du Conseil de sécurité nationale et ex-adjoint du chef d'État-Major de Tsahal, a évalué la probabilité d'un conflit militaire entre l'État hébreu et l'Iran.

    «C'est peu probable. Mais si l'Iran continue de se constituer un avant-poste en Syrie, Israël ne pourra pas l'accepter. Je ne pense pas que cela mènera à un affrontement de grande échelle», a affirmé M.Dayan.

    Selon lui, la question du programme nucléaire de Téhéran constitue, elle, l'un des facteurs de probabilié d'un affrontement militaire entre l'Iran et Israël.

    «Si l'Iran continue de développer son programme nucléaire, il faudra l'arrêter. Nous estimons qu'il faudra le faire par des sanctions, des efforts diplomatiques et le boycott du pétrole iranien. Je pense que ce sera efficace. Nous devons maintenir la pression sur l'Iran», a souligné l'expert.

    Quant aux mesures militaires, elles seront prises si Téhéran franchit la ligne rouge et se retire de l'accord iranien, a précisé Uzi Dayan.

    «Israël peut-il arrêter l'Iran? Oui. Mais nous ne voulons utiliser nos moyens militaires qu'en dernier recours. […] Quand nous disons que l'Iran doit être arrêté, nous parlons d'un cas de figure dans lequel il violerait toutes les règles, ne laissant place qu'à l'action. Actuellement, ce n'est pas au premier plan, mais une telle possibilité existe», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    Militaires de Tsahal
    Courtesy of press-service of the Israeli Army
    En mai dernier, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l'accord de Vienne sur le dossier du nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015, avant de rétablir une première série de sanctions contre Téhéran en août. De nouvelles sanctions ciblant le secteur pétrolier iranien doivent être introduites le 5 novembre 2018.

    Les pays membres de l'Union européenne, tout comme la Russie et la Chine, ont pour leur part indiqué vouloir préserver l'accord de Vienne. Les États signataires du document ont ainsi convenu de poursuivre leurs efforts pour maintenir les échanges commerciaux avec Téhéran malgré le rétablissement des sanctions américaines.

    Lire aussi:

    Londres déterminé à élargir ses relations commerciales avec Téhéran malgré les sanctions
    Rohani: l'Iran continuera à vendre son pétrole malgré les sanctions US
    Damas commente les nouvelles sanctions US visant Téhéran
    Tags:
    accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), conflit, programme nucléaire iranien, sanctions, Tsahal, Union européenne (UE), Téhéran, Iran, Israël, Chine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik