Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Sortie de crise: l’Algérie pourrait se passer de la planche à billets dès 2019

    © Sputnik . Vladimir Perventsev
    International
    URL courte
    7222

    L’Algérie serait en passe de surmonter sa crise financière et elle pourrait cesser de faire usage de la planche à billets dès janvier 2019, ou réduire son utilisation par rapport à l’année 2018. C’est ce qu’a déclaré, le 29 octobre, au Parlement algérien, le directeur général du Trésor public, lors de la présentation de la loi de finances 2019.

    Le gouvernement algérien pourrait bien cesser de recourir au financement non conventionnel (planche à billets) à partir de janvier 2019 ou se contenter d'y recourir modérément par rapport à 2018. C'est ce qu'a affirmé, le 29 octobre, Fayçal Tadinit, le directeur général du Trésor public, devant la commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), lors de l'examen du projet de loi de finances 2019.

    «Vu les nouvelles données économiques et l'amélioration de plusieurs indicateurs économiques, à savoir la hausse des recettes fiscales pétrolières, des cours du pétrole et des recettes fiscales ordinaires, il est possible de renoncer au recours au financement non conventionnel à partir de janvier 2019 ou d'y recourir dans une moindre mesure par rapport à 2018», a déclaré le responsable.

    Tout en se félicitant du fait que l'Algérie a réussi à traverser sans grandes difficultés cette année 2018, annoncée comme l'année de tous les dangers, avec un déficit commercial sensiblement réduit, une inflation contenue à un niveau acceptable, des réserves de changes stabilisées à 80 milliards de dollars (dans un contexte de rebond des prix du pétrole), et surtout, sans recours à l'endettement extérieur, M. Tadinit a souligné que «le Trésor public attend pour l'instant les chiffres et les indicateurs économiques pour les mois de novembre et de décembre 2018 avant de prendre, début 2019, les décisions concernant le financement non conventionnel».

    Pour rappel, jusqu'au 31 mars dernier, la Banque d'Algérie a procédé à l'émission de billets. Elle a confirmé dans son rapport mensuel, cité par le Journal officiel, qu'elle avait émis avant la fin du mois de mars 2018 un total de 3.585 milliards de dinars, soit près de 26 milliards d'euros. Cette émission s'inscrit dans le cadre d'un plan quinquennal de recours à la planche à billets qui a été approuvé par les parlementaires en septembre dernier afin de financer la dette publique, d'éviter une cessation du versement des salaires et pensions aux fonctionnaires et retraités et de relancer les projets à court de financement.

    Lire aussi:

    Endettement extérieur: l’Algérie répond catégoriquement au FMI
    Hyperinflation: le Premier ministre algérien s’exprime sur le scénario catastrophe du FMI
    Inflation: le gouvernement algérien publie des chiffres contredisant les prévisions du FMI
    Tags:
    endettement mondial, déficit budgétaire, inflation, billets de banque, financement, Assemblée populaire nationale (APN) algérienne, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik