Ecoutez Radio Sputnik
    Le Sahara occidental

    Sahara occidental: la Russie explique pourquoi elle n’a pas voté la résolution US

    © Sputnik . Igor Mikhalev
    International
    URL courte
    13378

    Le Conseil de sécurité de l’Onu a voté le 31 octobre le renouvellement du mandat de la mission de maintien de la paix au Sahara occidental. La Russie s’est opposée à cette résolution soumise par les États-Unis puisque le document en question était ambigu, a souligné le représentant permanent de la Russie à l’Onu.

    La prolongation d'un an du mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) a été votée mercredi dernier par le Conseil de sécurité. Mandat qui arrive à terme fin octobre. Moscou s'y est opposé pour des raisons objectives, a assuré Vassili Nebenzia, le représentant permanent de la Russie auprès de l'organisation internationale.

    «La communauté internationale, y compris le Conseil de sécurité, doit favoriser le processus (de négociations, ndlr) initié par Horst Köhler, l'envoyé spécial onusien, qui crée une chance unique pour réaliser des progrès dans le cadre du règlement au Sahara occidental. En vue de notre coopération collective, nous devons nous appuyer sur les critères adoptés déjà par le Conseil de sécurité, qui prennent en compte conformément à ses résolutions les intérêts des parties concernées, qui se basent sur le principe fondamental de l'acceptabilité réciproque d'une décision éventuelle et qui sous-entendent l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre des procédures correspondant aux principes et objectifs de la Charte des Nations unies», a souligné l'ambassadeur.

    Il a également indiqué que «l'acceptabilité réciproque d'une décision constituait un préalable incontournable à un règlement stable». «Il avait toujours existé à cet égard un consensus solide au sein du Conseil de sécurité.»

    «Malheureusement, nous considérons la résolution actuelle comme une tentative de plus d'ancrer une certaine ambiguïté par rapport aux critères déjà mentionnés. Nous considérons une telle approche comme étant inacceptable», a noté M. Nebenzia.

    «Les tentatives visant à remettre en cause les bases du règlement au Sahara occidental déjà convenues», a-t-il ajouté, «constituent la principale raison pour laquelle nous avons refusé de soutenir le projet américain. Cependant, nous avons décidés de ne pas le bloquer compte tenu de l'importance du mandat en question pour assurer la stabilité dans la région en vue du référendum à venir.»

    «Nous soutenons et appuyons le MINURSO, y compris à l'aide d'observateurs militaires russes qui en font partie. Mais voter pour cette résolution aurait signifié pour nous de renoncer à notre position de principe en faveur du système de règlement existant», a conclu l'ambassadeur.

    Le Front Polisario, qui revendique depuis 1975 l'indépendance du Sahara occidental, a lancé un appel au Conseil de sécurité pour «organiser des négociations directes entre les parties au conflit sahraoui», dont le Front Polisario et le Maroc, dans les plus brefs délais possibles. Soutenu par l'Algérie, le Front Polisario réclame la tenue d'un référendum d'autodétermination de la région, mais Rabat est hostile à toute autre solution que l'autonomie sous sa souveraineté.

    Comme l'expliquait au micro de Sputnik l'historien africaniste Bernard Lugan, Rabat considère cette région comme étant sienne, celle-ci n'ayant été séparée de la couronne qu'au cours de la période coloniale.

    Fin septembre, l'émissaire de l'Onu, l'allemand Horst Köhler, conviait le Front Polisario à prendre part avec Rabat à des pourparlers à Genève les 4 et 5 décembre prochains. Une première, le tout afin de faire avancer un dossier au point mort depuis 2012.

    Lire aussi:

    L'Onu invitée à la relance des négociations entre le Front Polisario et le Maroc
    Sahara occidental: la France et les États-Unis s’opposent sur la mission de l’ONU
    L'ambassadeur de Russie en Algérie précise la position de Moscou sur le Sahara occidental
    Tags:
    Conseil de sécurité de l'Onu, Sahara occidental, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik