International
URL courte
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (146)
9224
S'abonner

Le Président turc a annoncé dans une tribune publiée dans The Washington Post que l’ordre de tuer le journalise Jamal Khashoggi émanait des «plus hauts niveaux» des autorités de l’Arabie saoudite. Disant cela, il n’a pourtant pas tenu pour responsable le roi Salmane.

Sans imputer la responsabilité au roi d’Arabie saoudite, Recep Tayyip Erdogan a déclaré, dans une tribune publiée dans The Washington Post, que l’ordre de prendre la vie de Jamal Khashoggi provenait des «plus hauts niveaux du gouvernement saoudien».

«Je voudrais souligner que la Turquie et l'Arabie saoudite entretiennent des relations amicales. Je ne crois pas une seule seconde que le roi Salmane, le gardien des saintes mosquées, ait ordonné le coup contre Khashoggi», a-t-il indiqué.

Riyad a fini par reconnaître la mort du journaliste disparu le 2 octobre au consulat saoudien d'Istanbul. Les autorités saoudiennes assurent que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et démentent avoir ordonné son assassinat.

Les enquêteurs n'ont toujours pas retrouvé le corps du journaliste qui s'était exilé l'an passé aux États-Unis et publiait régulièrement dans The Washington Post des tribunes critiques envers l'héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane Al Saoud.

Le 31 octobre, le procureur général d'Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat saoudien, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce meurtre.

Dossier:
Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (146)

Lire aussi:

Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
«Deuxième vague» de coronavirus: réalité ou psychose?
Tags:
déclaration, morts, meurtre, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Jamal Khashoggi, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Recep Tayyip Erdogan, Arabie Saoudite, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook