Ecoutez Radio Sputnik
    Nikki Haley

    Isolés sur le dossier cubain, les USA critiquent l’Onu par la voix de leur représentante

    © AFP 2019 Jewel SAMAD
    International
    URL courte
    24631

    Nikki Haley, ambassadrice américaine auprès de l'Organisation des Nations unies, a critiqué l’Onu pour sa résolution appelant les États-Unis à lever l’embargo économique, commercial et financier à l’encontre de Cuba.

    L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a critiqué la position de l'Onu sur l'embargo américain à l'encontre de Cuba, a annoncé la chaîne Fox News en publiant une vidéo de son discours. Selon elle, l'Onu ne souhaite pas condamner les violations des droits de l'Homme à Cuba car cette résolution «n'aidera aucune famille cubaine et ne nourrira aucun enfant cubain».

    Elle a également souligné que «les États-Unis ne changeront pas leur position car Cuba ignore la liberté ainsi que les droits du peuple cubain.»

    «Les États-Unis continueront à défendre le peuple cubain tant que ses droits et ses libertés ne seront pas restitués. Point. Nous ne renoncerons pas», a-t-elle affirmé.

    De plus, Mme Haley a ajouté que cette résolution ne faisait pas de gagnants, tandis que la partie perdante était l'Onu, qui «rejette la possibilité de se prononcer en faveur des droits de l'Homme».

    «Il n'y a aucun gagnant ici aujourd'hui, seulement des perdants», a-t-elle déploré en ajoutant que tous les pays de l'Onu essayaient de nuire aux États-Unis.

    Le 1er novembre, l'Onu a voté pour la 27e fois une résolution annonçant la nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par les États-Unis il y a quelque 55 ans. 189 pays ont soutenu cette résolution tandis que seuls les États-Unis et Israël s'y sont opposés.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    politique, embargo, sanctions, ONU, Nikki Haley, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik