Ecoutez Radio Sputnik
    Un système de DCA S-300

    Quel est l'objectif réel des tirs balistiques de l'Ukraine près de la Crimée?

    © Sputnik . Valery Melnikov
    International
    URL courte
    10130

    L'armée ukrainienne a organisé des exercices de tirs de systèmes de défense antiaérienne de fabrication soviétique près de la péninsule de Crimée. Et bien que Kiev affirme vouloir perfectionner son système de défense antiaérienne, les experts russes s'accordent à dire qu'il s'agit d'une manœuvre «purement politique».

    L'Ukraine a procédé à des exercices balistiques dans la région de Kherson (sud du pays, à la frontière avec la Crimée), dont l'objectif annoncé était de contrôler l'état de la défense antiaérienne, ainsi que de collecter des informations en vue de la modernisation de systèmes de DCA de l'armée.

    «L'objectif de ces exercices et tests est de perfectionner la défense en profondeur dans le pays, ainsi que de définir, à la fois les moyens de moderniser les systèmes de DCA qui arment les forces ukrainiennes, mais aussi les objectifs, en vue de concevoir de nouveaux systèmes de défense antiaérienne», a déclaré Alexandre Tourtchinov, secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense d'Ukraine, qui s'est félicité de ces tirs.

    Selon Boris Rojine, expert auprès du Centre de journalisme politique et militaire, qui a accordé une interview à Sputnik, ces exercices ne sont pas les premiers du genre et l'Ukraine avait l'intention de les mener dans l'espace aérien russe, mais, après une mise en garde du ministère russe de la Défense, Kiev a dû renoncer à son idée.

    «En ce qui concerne les objectifs réels [des exercices, ndlr], c'est le maintien de l'ordre du jour militariste à la veille de la présidentielle où [le Président ukrainien, ndlr] Porochenko misera sur le conflit dans le Donbass et sur la militarisation à la frontière avec la Crimée», a-t-il affirmé, ajoutant que ces manœuvres constituaient «une révérence à l'Occident».

    L'expert militaire russe Alexeï Leonkov a rappelé pour sa part à RT qu'il s'agissait de systèmes à différents rayons d'action qui ont été livrés à l'Ukraine avant 1991.

    «Pour ce qui est du caractère des manœuvres, il est évident qu'ils [les Ukrainiens, ndlr] ne pouvaient rien tester à grande échelle. Une ou deux cibles peut-être. Mais il s'agissait surtout d'exercices du commandement, avec des cibles atteintes conventionnellement, sans dépenser de munitions, en vue de s'entraîner à l'interaction entre unités», a-t-il expliqué.

    Il a fait remarquer qu'il était difficile de parler de l'efficacité de ces exercices, étant donné que les informations en provenance d'Ukraine revêtent essentiellement un caractère propagandiste. L'état des forces armées ukrainiennes peut être qualifié de «stagnation rampante» qui fera que, tôt ou tard, les stocks de munitions à la disposition de l'armée ukrainienne s'épuiseront, a dit Alexeï Leonkov.

    Évoquant l'éventualité de modernisation des systèmes de DCA de l'armée ukrainienne, il a affirmé que, seule, l'Ukraine aurait beaucoup de mal à la réaliser et que cela lui serait «pratiquement impossible».

    Vladimir Anokhine, vice-président de l'Académie des problèmes géopolitiques de Russie, a attiré l'attention de RT sur le fond politique des exercices dans la région de Kherson.

    «Voici encore une exhibition pour prouver à l'Europe qu'elle [l'Ukraine, ndlr] est digne de devenir membre de l'Otan, malgré tous les griefs qui lui sont formulés par les pays de la vieille Europe et, éventuellement, pour faire une nouvelle proposition à l'Alliance sur l'installation d'une base dans la région», a-t-il noté.

    Pour lui, ces tests relèvent uniquement de la politique.

    «Rien de plus. Quelque modernisation que ce soit, vu l'état de l'industrie militaire de l'Ukraine, est impossible. C'est une manœuvre purement politique», a-t-il souligné.

    Pour ce qui est des systèmes engagés dans les exercices, Vladimir Anokhine rappelé que c'était un héritage soviétique, que Bouk n'était plus en service dans l'armée russe depuis 15 ans et que les S-300 ukrainiens étaient une première version de ce type de systèmes, qui était venue armer les forces soviétiques dans les années 1970.

    «Rien de nouveau. Disons que l'Ukraine n'est pas capable d'étonner par une force militaire importante. Ce n'est qu'une pièce politique sur l'échiquier militaire», a-t-il noté.

    Programmées sur une durée de quatre jours, du 1er au 4 novembre, les manœuvres se déroulent sur un polygone militaire dans la région de Kherson. L'armée ukrainienne a tiré des missiles depuis des complexes antiaériens Bouk-M1, S-300 et a également testé les systèmes de défense antiaérienne Osa-AKM2 et S-125M1.

    Dans le cadre de ces exercices, l'Ukraine a annoncé fermer une partie de son espace aérien au-dessus de la mer Noire jusqu'au 4 novembre. Il s'agit d'un secteur de 100 kilomètres sur 450, à l'ouest de la péninsule de Crimée. Kiev en a informé la communauté internationale via le système de messagerie aux navigants aériens (NOTAM).

    Lire aussi:

    L’Ukraine aurait utilisé pour la première fois depuis 19 ans une arme rare (vidéo)
    Les exercices en Ukraine: «un bourdonnement de moustique» selon un politicien criméen
    En quoi des systèmes antiaériens «obsolètes» seraient utiles à l'armée ukrainienne?
    Tags:
    S-300, polygone, tirs, exercices militaires, modernisation, munitions, défense antiaérienne, Bouk, ministère russe de la Défense, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Europe, Kiev, Kherson, Crimée, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik