Ecoutez Radio Sputnik
    International
    URL courte
    8221

    Dans l'ambition de diversifier son économique et élargir ses exportations, l'Algérie semble se tourner vers la Mauritanie, constate le site Tout sur l'Algérie, évoquant notamment la Foire des produits algériens qui s'est déroulée la semaine dernière à Nouakchott et qui a mis en lumière l'intérêt stratégique de l'Algérie pour la Mauritanie.

    L'Algérie, qui cherche à diversifier ses exportations, a activement participé à la Foire des produits algériens qui s'est déroulée du 23 au 29 octobre dernier à Nouakchott et qui a mis en lumière l'intérêt stratégique d'Alger pour la Mauritanie. Ce souhait d'ouverture sur la Mauritanie de la part des autorités algériennes est évoqué par le site Tout sur l'Algérie (TSA).

    La Mauritanie est un pays désertique, pauvre et pratiquement sans ressources. Sa seule vraie richesse, elle la tire de son secteur extractif qui assure 25% du PIB, 82% des exportations et 23% des recettes nationales et, dans une moindre mesure, de l'élevage et de la pêche. Qui plus est, le pays affiche un taux de pauvreté de 33% et un fort taux d'endettement.

    Toutefois, l'Algérie mise sur la Mauritanie en tant que rampe de lancement pour son déploiement économique sur le continent africain.

    Bien que très modeste car le pays compte moins de quatre millions d'habitants, le marché mauritanien pourrait aider les entreprises algériennes à se lancer à la conquête des marchés de l'Afrique de l'Ouest, notamment du Sénégal peuplé, lui, de presque 16 millions d'habitants.

    En effet, si les entreprises algériennes acheminent leurs produits par voie terrestre, la durée du transport se réduira à moins de 10 jours au lieu des 50 jours par mer. En outre, le gouvernement algérien compte installer une zone de stockage dans la ville de Tindouf où les entreprises pourront entreposer leurs produits avant de les acheminer vers le pays voisin, ce qui réduira les coûts à l'export et donnera un avantage aux exportateurs algériens face à leurs concurrents.

    Vu les bonnes relations politiques qui lient les deux pays voisins et leur sentiment de fraternité, les entreprises algériennes obtiennent un avantage réel, car le marché mauritanien pourrait leur servir de tremplin pour s'implanter sur le marché de l'Afrique de l'Ouest fort de 350 millions de consommateurs.

    En outre, les autorités algériennes semblent vouloir réduire un tant soit peu l'influence du Maroc dans la région. En effet, le Maroc est actuellement le premier partenaire économique africain de la Mauritanie dont 48% du volume total des produits importés du continent africain sont marocains.

    La bataille pourrait être rude entre les deux pays voisins pour gagner les faveurs de la Mauritanie.

    «C'est à nous de savoir faire valoir nos atouts», a déclaré dans ce contexte la directrice générale de la Chambre algérienne du commerce et d'industrie (CACI), Wahiba Bahloul, évoquant la rivalité entre les produits marocains et algériens.

    En août dernier, Noureddine Bedoui, le ministre algérien de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, a déclaré que l'inauguration d'un poste frontalier entre l'Algérie et la Mauritanie allait booster l'économie de la région en favorisant les investissements et la création d'emplois.

    Lire aussi:

    Proposition de Mohammed VI à Alger: les médias nourrissent la polémique
    Conditions d’octroi de visas: entre Alger et Paris ça serait «la réciprocité diplomatique»
    Macron pourrait-il donner un nouveau souffle aux relations algéro-françaises?
    Tags:
    emploi, investissements, marché, ressources naturelles, foire, exportations, Sénégal, Afrique de l'Ouest, Alger, Nouakchott, Maroc, Mauritanie, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik