International
URL courte
6570
S'abonner

Les sanctions introduites par Washington à l'encontre de l'Iran ne feront que le rendre plus déterminé à résister à la politique américaine, selon un communiqué de la diplomatie syrienne.

En imposant de nouvelles sanctions à l'Iran, l'administration américaine fait preuve de son incapacité de s'acquitter de ses propres obligations, estime le ministère syrien des Affaires étrangères.

«Cette décision reflète une fois de plus l'incapacité des États-Unis à respecter les engagements fixés dans le Plan d'action global conjoint pour le programme nucléaire iranien adopté en 2015», lit-on dans un communiqué ministériel publié sur Facebook.

Damas exprime son soutien à Téhéran et se déclare persuadé que les sanctions ne feront qu'affermir la détermination de la République islamique à résister à la politique américaine.

En mai dernier, les États-Unis ont annoncé leur retrait de l'accord de Vienne sur le dossier du nucléaire iranien conclu en 2015, avant de rétablir une première série de sanctions contre Téhéran en août. De nouvelles sanctions ciblant le secteur pétrolier iranien doivent être introduites le 5 novembre.

Les pays membres de l'Union européenne, tout comme la Russie et la Chine, ont pour leur part indiqué vouloir préserver l'accord de Vienne. Les États signataires du document ont ainsi convenu de poursuivre leurs efforts pour maintenir les échanges commerciaux avec Téhéran malgré le rétablissement des sanctions américaines.

Lire aussi:

Il aurait cambriolé au moins 42 logements en utilisant cette technique particulière
Twitter signale un tweet de Trump sur les émeutes de Minneapolis pour «apologie de la violence»
Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Défaut de paiement, un «désastre à grande échelle» à venir aux États-Unis
Tags:
sanctions, programme nucléaire iranien, Plan global d'action conjoint (JCPOA), accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Syrie, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook