Ecoutez Radio Sputnik
    Un Boeing 737-800 de la compagnie aérienne NordStar

    Atterrissage d’urgence d’un Boeing en Sibérie en raison d’un pare-brise fissuré (images)

    © Sputnik . Vitali Ankov
    International
    URL courte
    4131

    Le Boeing avec 174 personnes à bord dont l’équipage a découvert une fissure sur le pare-brise, s’est finalement posé sans autre incident à l’aéroport de Krasnoïarsk, en Sibérie.

    Le Boeing 737 dont le pare-brise s’est fissuré en plein vol s’est posé dimanche en urgence à Krasnoïarsk, en Sibérie, après avoir fait des tours en l’air pendant quelques heures pour brûler son carburant, a annoncé le service de presse de l’aéroport Emelianovo de Krasnoïarsk.

    «L’atterrissage a eu lieu à 17h24 heure locale [11h24 heure de Paris ]. Aucun passager ou membre d’équipage n’a été blessé», a indiqué le service de presse.

    L’avion de la compagnie aérienne NordStar Airlines transportant 167 passagers et sept membres d’équipage effectuait le vol Y7515 Novossibirsk-Sanya.

    ​Il a été dérouté vers Krasnoïarsk après la découverte d’une fissure sur la vitre du cockpit.

    Les passagers du Boeing ont poursuivi leur voyage en Chine à bord d’un autre appareil qui les attendait à l’aéroport de Krasnoïarsk pendant que le Boeing brûlait le carburant en l’air pour alléger son poids.

    ​«Un avion de réserve de NordStar emportant les passagers du vol Novossibirsk-Sanya a décollé à 18h38 [12h38 heure de Paris] de Krasnoïarsk», a précisé le service de presse.

    La police des transports pour la Sibérie occidentale a lancé une enquête suite à l’incident.

    Lire aussi:

    Incident entre Marines française et chinoise dans le détroit de Taïwan
    Les enquêteurs privilégieraient une nouvelle hypothèse sur l’incendie de Notre-Dame
    La France réagit suite à l’incident avec la Marine chinoise dans le détroit de Taïwan
    Tags:
    atterrissage d'urgence, Boeing 737, NordStar Airlines, Sanya, Novossibirsk, Sibérie occidentale, Krasnoïarsk
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik