Ecoutez Radio Sputnik
    Un manifestant tenant une pancarte avec la photo de Jamal Khashoggi

    Washington condamne le «meurtre prémédité» du journaliste saoudien Khashoggi

    © REUTERS / Beawiharta
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)
    1429

    Lors d'une réunion du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu à Genève, les États-Unis ont condamné le «meurtre prémédité» du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, avant d'appeler à mener une enquête minutieuse et transparente.

    Washington condamne le «meurtre prémédité» du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a déclaré lundi à Genève le représentant des États-Unis lors d'une réunion du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, l'organisation que les États-Unis avaient annoncé quitter en juin dernier.

    Selon Bandar al-Aiban, chef de la commission saoudienne des droits de l'homme, qui conduit la délégation de l'Arabie saoudite à la réunion de Genève, le roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud a chargé le procureur général du pays «d'enquêter sur cette affaire conformément aux lois et de traduire les auteurs du meurtre en justice»

    «Le royaume ne ménage pas ses efforts pour lutter contre les pratiques criminelles qui pourraient saper, menacer ou violer les droits de l'Homme, notamment l'extrémisme, le terrorisme et la corruption, ainsi que pour montrer les contradictions qui existent entre ces activités et les principes de la charia islamique» a indiqué M.al-Aiban.

    S'exprimant sur cette question, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a précédemment indiqué que son pays «œuvrerait pour que les auteurs du meurtre de Jamal Khashoggi en répondent», ajoutant que des sanctions pourraient être appliquées à certaines personnes impliquées dans l'assassinat.

    Plus tôt dans la journée, les fils du journaliste assassiné début octobre dans le consulat saoudien à Istanbul ont demandé aux autorités saoudiennes de restituer le corps de leur père pour que sa famille puisse l'enterrer en Arabie saoudite.

    Les enquêteurs n'ont toujours pas retrouvé le corps du journaliste qui s'était exilé en 2017 aux États-Unis et publiait régulièrement dans le journal The Washington Post des tribunes critiques envers l'héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane al-Saoud.

    Riyad a récemment fini par reconnaître la mort du journaliste saoudien disparu le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Les autorités saoudiennes assurent que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et démentent avoir ordonné son assassinat. Selon Riyad, 18 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

    La Turquie mène sa propre enquête sur ce meurtre. Le 31 octobre, le procureur général d'Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce meurtre.

    Les États-Unis avaient formalisé leur décision de se retirer du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu en juin 2018, jugeant cette institution partiale envers Israël.

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)

    Lire aussi:

    Après l'assassinat de Khashoggi, Riyad veut déménager son consulat d'Istanbul
    Khashoggi: Erdogan dit avoir partagé des enregistrements avec Paris, Washington et Riyad
    Le procureur général saoudien a expliqué qui avait commandité le meurtre de Khashoggi
    Tags:
    journalistes, meurtre, Conseil des droits de l'homme de l’ONU, Bandar al-Aiban, Jamal Khashoggi, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik