Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires britanniques

    En manque de recrues, l’armée britannique enrôlerait des étrangers

    © AP Photo / Matt Dunham
    International
    URL courte
    14418

    Pour remédier au déficit de recrues dans l’armée royale, le ministère britannique de la Défense envisage de faire appel à des ressortissants australiens, canadiens et indiens qui n’ont jamais vécu au Royaume-Uni, indique le quotidien The Times.

    Les autorités britanniques permettront pour la première fois à des étrangers ressortissants de pays du Commonwealth qui n'ont jamais vécu au Royaume-Uni de servir dans l'armée britannique, annonce le quotidien The Times. Cette mesure est destinée à résoudre le problème du manque de recrues.

    Le ministère de la Défense a décidé d'annuler l'exigence de séjour de cinq ans au Royaume-Uni pour les candidats au service militaire de pays membres du Commonwealth, y compris de l'Australie, du Canada et de l'Inde. La Marine britannique lancera la procédure de recrutement au début de l'année prochaine, précise le quotidien.

    Selon lui, Londres espère recruter 1.350 étrangers chaque année.

    Ces trois dernières années, l'armée britannique manque 3.000 militaires. Au premier trimestre 2018, le Royaume-Uni n'a recruté que 7% du nombre nécessaire de soldats, souligne l'auteur de l'article.

    «Selon les données présentées au comité de la Défense [de la Chambre des communes, ndlr], cette année, dans le meilleur des cas, l'armée ne pourra recruter que la moitié des effectifs nécessaires», estime le membre du Parti conservateur Mark Francois, cité par The Times.

    Lire aussi:

    L'Armée US est à présent autorisée à accepter des recrues avec des problèmes psychiques
    Le recrutement des cosmonautes en Russie bat son plein: 30 candidats déjà enregistrés
    Pour se venger de Moscou, May décrète des sanctions contre son propre pays
    Tags:
    étrangers, armée, soldats, militaires, recrues, Parti conservateur (Royaume-Uni), ministère britannique de la Défense, Canada, Inde, Australie, Londres, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik