Ecoutez Radio Sputnik
    avion

    Des agents de bord révèlent les stratagèmes pour s’installer en classe affaires

    CC0
    International
    URL courte
    3210

    Se cacher sous une couverture ou évoquer une recommandation des médecins. Les passagers emploient différentes tactiques afin d’obtenir un surclassement en avion. Mais le personnel de bord ne se laisse pas duper.

    De nombreux passagers tentent d'occuper des sièges en classe affaires de manière illicite, indiquent les agents de bords cités par The Daily Mail.

    La tactique la plus fréquente est de se cacher sous la couverture. Certains fraudeurs affirment qu'ils se sont perdus. D'autres semblent être très ingénieux en se référant à des exigences médicales.

    Selon Jay Robert, agent de bord supérieur, pour les passagers, il s'agit d'un «jeu amusant» mais dont les conséquences peuvent être très graves.

    «Un passager peut croire que se glisser en classe affaires est un jeu amusant mais, en tant que personnel de bord, cela ne nous amuse pas beaucoup. Ces sièges sont un produit que nous vendons et lorsque vous tentez de prendre quelque chose que vous n'avez pas acquis, il s'agit d'un vol», a-t-il averti.

    Il a indiqué que la sanction principale pour les fraudeurs était «une marche de la honte» pour les ramener aux sièges de classe économique devant tous les passagers. Certains agents de bord peuvent exiger de ces passagers fraudeurs de payer la différence entre les tarifs.

    Malgré ces mesures, il y a des passagers qui continuent de se faire surclasser de manière illégale. Un Britannique cité par The Daily Mail a déclaré qu'il le faisait depuis plusieurs années sans jamais avoir été attrapé.

    Lire aussi:

    Des pilotes divulguent ce qu’ils ne disent jamais aux passagers
    Bagarre sur un vol d’EasyJet: un steward en sang, agressé par un passager (images)
    Allemagne: les passagers remarquent une brèche dans la carlingue de l’avion
    Tags:
    avion, amende, Daily Mail, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik