Ecoutez Radio Sputnik
    Pétrole

    Les USA exemptent des pays de l’embargo pétrolier iranien: «une simulation d’hégémonie»

    © AP Photo / Hasan Jamali
    International
    URL courte
    6261

    Les États-Unis ont tout simplement été contraints d’exempter provisoirement la Chine, la Corée du Sud, l’Inde et le Japon de l’embargo pétrolier iranien, ces pays ayant appris à contourner les sanctions américaines pour acheter du brut iranien, ont indiqué à Sputnik des analystes russe et chinois.

    Exemptant provisoirement la Chine, la Corée du Sud, l'Inde et le Japon, de l'embargo pétrolier iranien, les États-Unis font contre mauvaise fortune bon cœur et essaient de faire croire que quelque chose dépend de leur permission, ce qui est une méthode typique des Américains, a déclaré à Sputnik le politologue russe Oleg Matveïtchev.

    «Ces pays n'ont pas besoin d'autorisations américaines. La Chine, la Corée du Sud et le Japon sont des États souverains possédant une économie solide. Les États-Unis font bonne mine à mauvais jeu, en faisant semblant que quelque chose dépend de leur autorisation. C'est une simulation d'hégémonie. En Asie, aucun pays ne veut évidemment se quereller avec les Américains à cause du pétrole iranien. Mais si les États-Unis se mettent à leur créer des problèmes, ils [les pays d'Asie, ndlr] montreront naturellement les dents», a prévenu l'interlocuteur de l'agence.

    À l'époque de la mondialisation, les États-Unis, d'une part, et la Chine, la Corée du Sud, l'Inde et le Japon, de l'autre, ainsi que d'autres pays ont beaucoup d'intérêts en commun, a rappelé à Sputnik Ji Kaiyun, directeur du Centre des études iraniennes de l'Université chinoise du Sud-Ouest.

    «Aussi, les États-Unis ont-ils été contraints à certains compromis provisoires, exemptant notamment huit pays et régions, dont la Chine, de l'embargo pétrolier iranien. […] Or, la Chine, le Japon et l'Inde sont voisins de l'Iran et sont intéressés par une coopération étroite avec Téhéran. Ces pays ne peuvent pas négliger leurs intérêts nationaux pour répondre à l'appel des États-Unis à punir l'Iran. Il va sans dire que les relations avec les États-Unis comptent énormément pour ces pays, mais ce n'est pas leur unique priorité», a résumé le Chinois.

    Lire aussi:

    Après la décision des USA sur l'Iran, quelle raison a Merkel de se rendre en Chine?
    L’Inde étudie les possibilités d’importer du pétrole iranien après les sanctions US
    Stratégie Indo-Pacifique américaine: changement d’attitude pour New Delhi?
    Tags:
    priorité, relations, sanctions, embargo, Sputnik, Ji Kaiyun, Oleg Matveïtchev, Asie, Chine, Corée du Sud, Japon, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik