International
URL courte
7516
S'abonner

D’après les informations parues dans la presse, le porte-parole de l’armée de l’air indonésienne aurait évoqué que Jakarta pourrait renoncer à l’acquisition de Su-35 russes. Plus tôt, le ministre de la Défense du pays avait pourtant exclu que les pressions US puissent pousser son pays à renoncer à l’accord d’achat.

Le porte-parole de l’armée de l'air indonésienne Novyan Samyoga a déclaré que l’accord sur la livraison de Su-35 russes à son pays pourrait être torpillé par d’éventuelles sanctions américaines, écrit le portail Jane’s.

Au cas où Washington introduirait des mesures de rétorsion vigoureuses, l’Indonésie serait contrainte de chercher des appareils capables de remplacer le chasseur russe. Comme l’estime le portail, elle pourrait notamment arrêter son choix sur les F-16 américains.

Situation autour du contrat

Plus tôt, les médias avaient fait savoir que l’exécution du contrat signé au début de l’année et portant sur la livraison de 11 Su-35 à l’Indonésie avait été reportée en raison de possibles sanctions de Washington.

Toutefois, le ministre de la Défense de ce pays, Ryamizard Ryacudu, a annoncé le mois dernier que Jakarta n’envisageait pas de renoncer aux chasseurs russes à cause des tensions et a promis que les avions seraient reçus «prochainement».

La société technologique russe Rostec a également fait savoir que le contrat n’avait pas été reporté et que Jakarta était en train de résoudre quelques questions techniques.

Le Sukhoi Su-35 est un avion de chasse multirôle russe de génération 4++ exploité depuis 2014. Disposant d'un radar AESA Irbis-E, il est capable notamment de porter huit tonnes d'armements divers sur 12 points d'emport.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Le basketteur Kobe Bryant parmi les victimes d'un crash d'hélicoptère aux États-Unis - vidéos
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Tags:
pressions, presse, livraisons, chasseur, sanctions, Su-35, Indonésie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik