Ecoutez Radio Sputnik
    Un manifestant tient un portrait de Jamal Khashoggi

    «J’étouffe»: les mots que Khashoggi aurait prononcés avant sa mort publiés par des médias

    © REUTERS / Osman Orsal
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (124)
    18540

    Plusieurs médias arabes ont publié les mots que Jamal Khashoggi aurait prononcés avant d’être assassiné dans le consulat saoudien à Istanbul. Selon un enregistrement auquel se réfère la chaîne Al Jazeera, la mort du journaliste serait survenue quelques minutes plus tard.

    Les derniers mots du journaliste Jamal Khashoggi, assassiné début octobre dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, auraient été enregistrés, affirme la chaîne de télévision Al Jazeera qui se réfère au journal turc Daily Sabah.

    «J’étouffe… Enlevez ce sac de ma tête, je suis claustrophobe», aurait déclaré le journaliste dont les paroles auraient été communiquées à Al Jazeera par un correspondant du Daily Sabah, Nazif Karaman.

    D’après M.Karaman, l’enregistrement confirmant les tortures et la mort de M.Khashoggi dure près de sept minutes et le journal Daily Sabah entend en publier des fragments dans un avenir proche.

    Le journaliste du Daily Sabah, qui enquête sur la mort de M.Khashoggi, a également précisé le nom de l’assassin. Ce serait Salah al-Tubaigy, chef du département médico-légal de la sécurité générale saoudienne. Selon M.Karaman, Salah al-Tubaigy aurait démembré le corps de Jamal Khashoggi en 15 minutes sur les sacs en plastique qui auraient été posés dans une pièce du consulat.

    Le journal britannique The Daily Mail avait précédemment annoncé que le Président turc Recep Tayyip Erdogan avait assuré de l’existence d’un enregistrement confirmant que le journaliste avait été torturé et assassiné. Selon le journal, M.Erdogan a partagé cet enregistrement avec l’Arabie saoudite, les États-Unis, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

    Les enquêteurs n'ont toujours pas retrouvé le corps de Jamal Khashoggi qui s'était exilé en 2017 aux États-Unis et publiait régulièrement dans le journal The Washington Post des tribunes critiques envers l'héritier du trône saoudien, le prince Mohammed ben Salmane Al Saoud. Riyad a récemment fini par reconnaître la mort du journaliste disparu le 2 octobre après qu’il est entré dans le consulat saoudien à Istanbul. Les autorités saoudiennes assurent que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et démentent avoir ordonné son assassinat. Selon Riyad, 18 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

    La Turquie mène sa propre enquête sur ce meurtre. Le 31 octobre, le procureur général d'Istanbul a annoncé que, dès son arrivée au consulat, Jamal Khashoggi avait été tué par strangulation, son corps ayant par la suite été démembré. Il a souligné le caractère prémédité de ce meurtre.

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (124)

    Lire aussi:

    «Pas besoin de chercher ailleurs»: Erdogan pointe l’emplacement de l’assassin de Khashoggi
    De nouveaux détails sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi
    Après l'assassinat de Khashoggi, Riyad veut déménager son consulat d'Istanbul
    Tags:
    derniers mots, meurtre, Daily Sabah, Al-Jazeera, Salah al-Tubaigy, Nazif Karaman, Jamal Khashoggi, Istanbul
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik