Ecoutez Radio Sputnik
    Tempête en Crimée

    Kiev prêt à décommuniser la Crimée et le Donbass? «Des fantaisies de personnes malades»

    © Sputnik . Sergueï Malgavko
    International
    URL courte
    16435

    La parlementaire criméenne Nina Permiakova a qualifié de «fantaisies de personnes malades» suscitant le rire les déclarations du directeur de l'Institut ukrainien de la mémoire nationale qui se prépare à lancer des «changements rapides et radicaux» pour réformer la Crimée.

    Vladimir Viatrovych, directeur de l'Institut ukrainien de la mémoire nationale, a déclaré qu'il était indispensable de procéder «rapidement et énergiquement» à la décommunisation de la Crimée et du Donbass.

    «Lorsque nous avions entamé la décommunisation en Ukraine, l'on nous disait aussi que le processus devait être étiré sur plusieurs années et qu'il ne fallait surtout pas le brusquer. Pour ma part, je suis partisan de changements rapides et radicaux. Je suis certain que c'est la vitesse et la fermeté qui garantissent le succès des réformes», a-t-il déclaré au site ukrainien Glavred.

    Il a précisé que les projets de rebaptiser villes et rues de Crimée étaient d'ores et déjà élaborés et approuvés par le parlement ukrainien, mais qu'ils n'entreraient en vigueur que lorsque la presqu'île passerait sous le contrôle de Kiev.

    La Crimée n'est pas restée sans réagir à ces idées et la présidente de la commission de la culture et de la protection du patrimoine culturel du parlement criméen, Nina Permiakova, a déclaré dans une interview à RT que de telles déclarations n'étaient que «fantaisies de personnes malades» ne pouvant susciter que le rire.

    Toute initiative de changement de nom en Crimée ne doit être avancée que par les habitants de la péninsule, a-t-elle fait remarquer.

    «Or, aucune proposition du genre n'a été émise et il est peu probable qu'elle le soit. Nous avons aujourd'hui d'autres objectifs, a-t-elle souligné. La Crimée se développe à une cadence accélérée et nous devons par conséquent tout faire pour qu'elle soit confortable pour ses habitants et pour ceux qui viennent chez nous passer leurs vacances

    La loi sur la condamnation des régimes communiste et nazi, qui est en vigueur en Ukraine depuis 2015, interdit notamment la propagande des symboles soviétiques et prévoit de rebaptiser les villes et les rues qui portent le nom de personnalités d'État soviétiques. L'Institut ukrainien de la mémoire nationale a publié une liste de 520 personnalités historiques dont les activités sont frappées par cette loi.

    Récemment, Sviatoslav Piskoun, ex-député et ex-procureur général d'Ukraine, avait fait part à la chaîne de télévision NewsOne de son projet pour faire revenir la Crimée dans le giron de Kiev. «Dans trois ou quatre ans, la population de la Crimée — Tatars, Russes et Ukrainiens — descendront de nouveau dans les rues pour dire: "Nous avons vécu avec vous 10 ans, l'Ukraine se développe et vous non. Nous organisons un nouveau référendum […]". Les gens diront qu'ils veulent retourner en Ukraine», avait-il affirmé.

    Un référendum s'est tenu dans la région en 2014, où plus de 96,77% des votants se sont prononcés pour la réunification de la Crimée avec la Russie.

    Lire aussi:

    Des politiciens ukrainiens se rendent-ils secrètement en Crimée?
    La Crimée est prête à accueillir des étrangers et Kiev n'y pourra rien
    La Crimée, une entité tataro-criméenne? Kiev bluffe et provoque!
    Tags:
    changements, symboles, vacances, référendum, chaîne de télévision russe RT, Crimée, Kiev, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik