International
URL courte
19224
S'abonner

L’opération en Libye n’a pas été initiée par l’Otan, mais par plusieurs pays européens qui se sont ensuite rendus compte qu’ils avaient besoin de l’aide de l’Alliance, selon le secrétaire général de l’organisation Jens Stoltenberg. Cette déclaration fait suite à la proposition d'Emmanuel Macron de former une armée européenne.

Le secrétaire général de l'Otan s'est tout d'abord exprimé au sujet de la récente proposition d'Emmanuel Macron de créer une armée européenne indépendante vis-à-vis des États-Unis, notamment pour assurer sa cybersécurité.

«En ce qui concerne l'autonomie stratégique, ce n'est pas clair, mais on dirait qu'il s'agit de s'occuper seuls d'enjeux stratégiques importants. Je ne pense pas que ce soit raisonnable», a-t-il commenté.

M.Stoltenberg avait précédemment déclaré qu'il ne voyait pas de nécessité pour l'Union européenne de créer des alliances ou des organisations en doublons.

«La réalité est telle que nous avons besoin d'une seule structure de commandement forte», avait-il affirmé.

Il en a outre estimé que l'initiative de l'opération en Libye n'appartient pas à l'Otan, mais à plusieurs pays européens qui ont compris plus tard qu'ils ne pouvaient pas se passer de l'aide de l'Alliance, a annoncé Jens Stoltenberg lors d'une conférence à Berlin.

«Il va de soi que parfois des alliés européens doivent être capables de faire quelque chose sans les États-Unis. On ne dit pas que toutes les opérations de l'Otan doivent être conjointes avec les États-Unis. Mais ces derniers sont grands et l'on a souvent besoin d'eux. Ainsi je me souviens bien de l'opération en Libye parce que j'étais à l'époque Premier ministre de Norvège et la Norvège s'y est jointe», a expliqué M.Stoltenberg.

Selon lui, l'opération en Libye a été initiée par l'Europe, «non pas par l'Allemagne, mais plutôt par la France et le Royaume-Uni».

«Quand nous nous sommes rencontrés à Paris pour prendre une décision définitive, l'Otan n'était pas présente à la table, il n'y avait pas d'Alliance. Mais la réalité est telle que par la suite nous avons compris qu'il nous fallait l'aide de l'Otan et des États-Unis, de leurs capacités et structures de commandement», a-t-il détaillé.

 

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Rencontre Biden-Poutine: «les Américains ont compris que leur politique russophobe était allée trop loin»
Tags:
armée européenne, OTAN, Emmanuel Macron, Jens Stoltenberg, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook