International
URL courte
363812
S'abonner

Le locataire de la Maison-Blanche a une nouvelle fois critiqué l'idée du Président français de créer une armée européenne, évoquant cette-fois ci les deux guerres mondiales.

Vladimir Poutine à Paris
© Sputnik . Service de presse du Président russe
L'idée de créer une armée européenne avancée par Emmanuel Macron ne suscite toujours pas l'enthousiasme du Président américain: cette fois-ci, Donald Trump a décidé de rappeler à la France ce qu'elle avait subi dans les deux guerres mondiales.

«Emmanuel Macron a suggéré la création d'une armée pour protéger l'Europe contre les États-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne dans la Première et la Seconde Guerre mondiale», a indiqué M.Trump sur son compte Twitter.

«Et qu'est-ce que cela a entraîné pour la France? Ils commençaient déjà à apprendre l'allemand à Paris avant que les USA n'arrivent», a renchéri le Président américain.

Ces déclarations interviennent deux jours après la fin des commémorations du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale auxquelles ont participé à Paris de nombreux chefs d'État et de gouvernement, dont Donald Trump.

La présidence française s'est pour sa part «refusé à tout commentaire» suite aux messages de M.Trump critiquant Emmanuel Macron.

La semaine dernière, Emmanuel Macron avait prôné la création d'une «vraie armée européenne» pour que l'UE ne dépende pas de Washington face à une Russie «menaçante».

Lire aussi:

Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Cette photo prise dans une unité Covid-19 devient virale
Ces armes russes qui font de l’Algérie une puissance militaire régionale
Macron indique à quelle période aura lieu la première campagne de vaccination en France
Tags:
armée européenne, guerre, 100ème anniversaire de l'armistice, Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale, Donald Trump, Emmanuel Macron, France, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook