Ecoutez Radio Sputnik
    Libye

    Moscou met en garde contre la répétition du scénario libyen «dans un autre pays»

    © REUTERS / Zohra Bensemra
    International
    URL courte
    8450

    Le scénario libyen qui, selon les prévisions, devait «arrêter les violences et créer les conditions propices au développement» ne doit pas se répéter dans un autre pays, a souligné le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, dans le cadre de la conférence internationale sur la Libye organisée par le président du Conseil italien à Palerme.

    Le scénario libyen ne doit surtout pas se répéter dans un autre pays, a déclaré le chef du gouvernement russe, Dmitri Medvedev, à la conférence internationale sur la Libye qui se tient à Palerme.

    «Nous nous souvenons de l'adoption des résolutions. J'ai alors pris les décisions que tout le monde connaît [Dmitri Medvedev a été Président de Russie de mai 2008 à mai 2012, ndlr], notamment sur l'introduction d'un embargo sur les armes et la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye. L'on pensait que ces mesures aideraient à arrêter les violences et à créer les conditions propices au développement. Malheureusement, il n'en fut rien. Les résultats sont évidents aujourd'hui», a-t-il indiqué aux journalistes.

    Dmitri Medvedev a constaté que «les personnes ici présentes n'étaient aucunement responsables des décisions qui ont été prises, notamment au sujet de l'opération militaire», mais que ce n'était pas par hasard qu'il évoquait de nouveau ces événements.

    «Il ne faut pas l'oublier, sinon ce scénario se reproduira de nouveau dans un autre pays», a-t-il souligné.

    Une conférence internationale sur la Libye organisée par le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, s'est ouverte lundi à Palerme. Elle réunit des représentants des pouvoirs libyens, notamment le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, ainsi que les Présidents égyptien et tunisien. La délégation russe est présidée par Dmitri Medvedev.

    Des manifestations de masse ont éclaté en Libye à la mi-février 2011 pour exiger la démission de Mouammar Kadhafi qui était au pouvoir depuis plus de 40 ans. Elles se sont rapidement muées en confrontation armée. Une zone d'exclusion aérienne a été mise en place par l'Onu le 17 mars 2011, ouvrant la voie à une éventuelle ingérence militaire dans ce pays africain. L'opération a été lancée le 19 mars par la Belgique, le Canada, le Danemark, l'Espagne, les États-Unis, la France, l'Italie, la Norvège et le Royaume-Uni.

    L'existence même de l'État libyen est remise en question depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Déchirée par une lutte pour le pouvoir, la Libye est dirigée par deux entités rivales: le gouvernement d'union nationale (GNA), issu d'un processus onusien et reconnu par la communauté internationale, installé dans la capitale, et un cabinet parallèle installé dans l'est du pays.

    Lire aussi:

    Moscou pointe le «mensonge cynique» de l’Otan concernant la Libye
    Moscou rejette les allégations sur une ingérence russe dans la situation en Libye
    Quelle erreur stratégique a essayé de réparer le Premier ministre russe en Libye?
    Tags:
    embargo, répétition, scénario, opérations militaires, violences, zone d'exclusion aérienne, gouvernement d'union nationale en Libye, Fayez al-Sarraj, Giuseppe Conte, Dmitri Medvedev, Royaume-Uni, Norvège, Italie, France, États-Unis, Espagne, Danemark, Canada, Belgique, Tunisie, Egypte, Palerme, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik