Ecoutez Radio Sputnik
    Les avions de la coalition internationale

    La coalition US aurait utilisé des bombes à sous-munitions pour frapper Deir ez-Zor

    © REUTERS / USAF/Staff Sgt. Shawn Nickel/handout via Reuters
    International
    URL courte
    8331

    La coalition dirigée par les États-Unis aurait utilisé des bombes à sous-munitions dans les frappes dans la province de Deir ez-Zor et notamment dans le village d'Al-Chaafa et dans la ville de Hadjin, indique l’agence Sana.

    La coalition internationale emmenée par les États-Unis a utilisé des bombes à sous-munitions dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, annonce l'agence Sana.

    «L'aviation de la coalition internationale a frappé la ville de Hadjin et le village d'Al-Chaafa dans l'est du gouvernorat de Deir ez-Zor avec des bombes à sous-munitions», a-t-elle précisé se référant à ses sources locales.

    Aucune information sur d'éventuels blessés et victimes n'est pour l'heure disponible.

    L'utilisation de ce type de munitions est interdite par la Convention sur les armes à sous-munitions signée par une centaine d'États. Les États-Unis et plusieurs autres pays ne l'ont pas rejointe.

    Ce dimanche, la coalition, qui effectue régulièrement des raids dans la zone, a fait quatre morts civils dans une localité du gouvernorat de Deir ez-Zor.

    La semaine dernière, une frappe aérienne de la coalition dans cette région a fait trois tués parmi les enfants de la localité d'Al-Chaafa. En même temps, un raid au phosphore blanc avait également été effectué contre Hadjin, d'après Sana.

    Lire aussi:

    Des civils tués et blessés dans une frappe de la coalition US à Deir ez-Zor, selon Sana
    Trois enfants tués dans une frappe aérienne de la coalition US sur Deir ez-Zor, selon Sana
    17 morts dans des frappes de la coalition US sur le gouvernorat de Deir ez-Zor, selon Sana
    Tags:
    Hajin, frappes, bombe à sous-munitions, coalition, frappe aérienne, coalition anti-Daech, Deir ez-Zor, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik