Ecoutez Radio Sputnik
    Finlande

    GPS de l'Otan trafiqué en manœuvre: l'ambassadeur russe convoqué par Helsinki

    © Photo. Dmitri Petukhov
    International
    URL courte
    52770

    La diplomatie finlandaise convoque l'ambassadeur russe dans la foulée du scandale concernant le dysfonctionnement du GPS au cours d'un exercice de l'Otan.

    L'ambassade russe à Helsinki a confirmé la convocation de l'ambassadeur Pavel Kouznetsov au ministère finlandais des Affaires étrangères, dans la foulée du scandale entourant le fonctionnement instable du GPS lors des exercices de l'Otan, annonce la mission diplomatique dans un communiqué.

    «L'ambassade russe en Finlande confirme avoir reçu aujourd'hui une convocation adressée à l'ambassadeur Kouznetsov l'invitant à se rendre au ministère finlandais des Affaires étrangères. La rencontre aura lieu lundi», indique le communiqué.

    Les manœuvres Trident Juncture ont eu lieu du 25 octobre au 7 novembre. Elles ont engagé quelque 50.000 militaires, parmi lesquels 13.000 représentaient les pays d'Europe du Nord, dont la Finlande. Ces exercices ont également vu se déployer 250 aéronefs et 65 navires.

    Le 13 novembre, la Norvège a accusé la Russie d'être derrière un dysfonctionnement du GPS pendant cette opération. Le 15, la diplomatie finlandaise a déclaré qu'elle accordait foi aux informations norvégiennes selon lesquelles les perturbations dans le fonctionnement du GPS avaient été causées par la Russie.

    Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a affirmé ignorer tout lien entre la Russie et le dysfonctionnement du système GPS lors des exercices de l'Alliance atlantique, fustigeant encore un cas d'accusations infondées envers la Russie, coupable de «tous les péchés mortels».

    Lire aussi:

    Trait d’humour de Lavrov: la politique occidentale envers Moscou fait penser à un adultère
    Matériels militaires gelés: l’ennemi inattendu de l’Otan en Norvège
    Quatre blessés lors d'exercices de l'Otan, selon des médias
    Tags:
    GPS, Trident Juncture 2018, OTAN, Dmitri Peskov, Helsinki
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik